Pochettino, les clés du succès

Mauricio Pochettino

3ème de Premier League, les Saints se rendent à l’Emirates Stadium, antre du leader actuel du championnat anglais, Arsenal. Trois points derrière, Southampton impressionne par son début de saison et  se permet même, après un tiers du championnat de faire douter des formations comme Manchester United (5e) ou Liverpool (2e). La faute à un calendrier plutôt favorable, une équipe soudée et complémentaire… Et Mauricio Pochettino. L’entraîneur argentin, ancien coach de l’Espanyol Barcelone, a profondément métamorphosé le club de Southampton depuis son arrivée en Janvier dernier alors que les Saints n’étaient pourtant pas au plus mal.

La patte Pochettino

Mauricio Pochettino, entraîneur de Southampton

Si les résultats de l’argentin ne sont pas immédiats, ses joueurs louent son approche tactique, et ce, quelques semaines déjà après son  arrivée : “on pourrait croire qu’on ne fait que courir plus, mais ce n’est pas le cas, on court juste de façon beaucoup plus organisée” analyse ainsi le milieu de terrain français, Morgan Schneiderlin en Février. Au final, si les Saints se maintiennent finalement assez aisément (14ème avec 41 points), la révolution attendue n’a pas véritablement eu lieu et Southampton a notamment payé cher ses errements défensifs (60 buts encaissés). Le propriétaire suisse du club se livre alors à une série de transferts censés renforcer l’effectif à chaque poste clé : Dejan Lovren (10 millions d’€), Victor Wanyama (14,5 millions d’€) et Pablo Osvaldo (15 millions d’€) posent leurs valises en Angleterre. Des joueurs qui font la réussite actuelle du club.

Après des débuts mitigés avec une victoire, deux nuls et une défaite, les automatismes commencent à prendre forme, notamment au milieu de terrain où Morgan Schneiderlin doit s’adapter aux nouvelles exigences de son entraîneur et à son entente avec son coéquipier kényan du milieu de terrain fraîchement débarqué en Premier League. La victoire contre Liverpool, le 21 Septembre dernier, catalyse la réussite des Saints. Un pressing haut qui empêche les Reds d’occuper l’axe du terrain et d’ainsi développer leur jeu : le cheval de bataille de Pochettino. Un pressing qui demande un effort collectif et une dépense physique bien supérieure : “parfois, vous voulez le tuer parce qu’il vous fait souffrir comme un chien, mais on obtient des résultats !” explique l’attaquant italien Pablo Osvaldo. Un pressing enfin qui a fait ses preuves et qui permet à Southampton d’être la meilleure défense de Premier League (seulement 5 buts encaissés en 11 matchs) et la 3ème d’Europe (derrière l’AS Roma et le LOSC) grâce à une charnière centrale étonnante mais des plus solides.

Southampton, la surprise made in Premier League

Une assise défensive qui ne laisse pas moins la place à une réussite offensive et collective. Sur 14 joueurs de champ qui ont disputé au moins 100 minutes de jeu, 8 d’entre eux ont trouvé le chemin des filets. L’association entre Rickie Lambert et Pablo Osvaldo est d’ailleurs également l’une des clés du succès, tout comme l’essor des jeunes latéraux issus d’un centre de formation des plus remarquables (qui a notamment sorti Théo Walcott, Alex Oxlade-Chamberlain ou Gareth Bale entre autre) à savoir Nathaniel Clyne et Luke Shaw – tout deux retenus par la sélection nationale dans leur catégorie d’âge.

Le match face à Arsenal sera donc l’un des premiers tournants majeurs de la saison pour les Saints et Mauricio Pochettino. Si Morgan Schneiderlin souhaite attendre la mi-saison avant de se prononcer, il l’a dit : “finir 10ème serait un échec“. Mais pour le moment, Mauricio Pochettino, élu meilleur manager du mois d’Octobre, mène d’une main de maître les siens !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire