Justin Teste

Ce soir le Portugal affronte l’Angleterre pour un amical entre deux des plus grands loosers que l’on puisse trouver sur le vieux continent. La sélection lusitanienne, qui n’a jamais fait mieux qu’une finale à domicile en 2004, espère retrouver ce niveau de performance au mois de Juin en France. 

800 000, le nombre de portugais en France selon Jorge de Portugal Branco, sociologue à l’ambassade du Portugal en France. Ce nombre fait du Portugal la première communauté étrangère en France devant les pays du Maghreb. Ce nombre augmente même de 10 000 immigrés tous les ans depuis 2011. Fort de ce soutien, les portugais auront l’impression de jouer à domicile les trois matchs de poule (Stade de France, Stade Vélodrome, Parc OL), de plus leur camp d’entraînement, situé en région parisienne sera un lieu connu des supporteurs voulant soutenir Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers (De nombreux entraînements seront ouverts au public). La star portugaise sait mieux que quiconque que ce rendez-vous est sa dernière chance de remporter l’Euro (Même s’il sera peut-être encore là en 2020). Cette compétition qui a fait éclore son côté humain, un soir de juillet 2004 avec des larmes versées lorsque la Grèce est venu soulever le trophée chez lui devant son public. Cette année, c’est au stade de France que CR7 pourrait soulever son premier trophée international, car oui, cette année, le Portugal peut vraiment faire quelque chose lors de l’Euro.

Renato Sanches, le milieu qui règne sur Lisbonne

Un juste mélange entre jeunesse et expérience

Ricardo Carvalho et Cristiano Ronaldo, les deux derniers joueurs présents en 2016 à avoir connu le traumatisme de 2004. Le reste de la sélection est assez jeune (14 joueurs sur 23 ont moins de 30 ans). Seule l’arrière garde possède un côté vieillissant avec la présence de Carvalho, Pepe, Bruno Alves ou encore Eliseu. Au milieu de terrain et en attaque la jeunesse est au pouvoir pour alimenter Ronaldo. On retrouve dans la liste André Gomes, Renato Sanches, Joao Mario, William Carvalho ou encore Rafa Silva. Des jeunes joueurs qui totalisent à eux 5 moins de 40 sélections, mais qui sont aujourd’hui des titulaires indiscutables dans leurs clubs. Fernando Santos, le sélectionneur a voulu instaurer un vent nouveau sur la sélection en se privant de Raul Meireles et Miguel Veloso qui totalisaient 76 et 56 sélections. Les résultats en catégorie jeunes (le Portugal est, avec l’Allemagne, la seule nation à avoir qualifié une équipe pour l’Euro u17, u19 et espoirs cette année) ont poussé Fernando Santos dans cette optique en emmenant en France une nouvelle génération où figurent notamment Raphaël Guerreiro et Anthony Lopes qui jouent en Ligue 1.

Le Portugal ne disposera pas d’une expérience dans les grands rendez-vous mais peut créer la surprise par l’insouciance et le talent de sa jeune garde. Fernando Santos a affirmé vouloir jouer dans un 4-4-2 avec des attaquants de pointes extrêmement mobiles, une sorte de composition sans réel numéro 9, à l’image de l’Espagne 2012. De cette façon, le potentiel des ailiers Nani, Quaresma, Rafa Silva pourrait être très bien exploité. Au milieu de terrain Joao Moutinho est le taulier, tandis que William Carvalho devrait l’accompagner pour faire le boulot de récupération. Si la défense ne sera jamais une assurance tous risques, l’expérience de l’axe centrale, avec les prestations de Rui Patricio pourront rassurer les supporteurs les plus défaitistes.

Le cas Cristiano Ronaldo

Lors de la conférence de presse d’avant match face aux Anglais, Fernando Santos a voulu clarifier plusieurs points. Il a rapidement coupé court à la réputation d’équipe avec un seul joueur qui colle à la peau portugaise. Cristiano Ronaldo s’est vu accorder plusieurs jours de repos après sa saison très éreintante (plus de 4200 minutes jouées), et ne sera donc pas là ce soir face aux Three Lions. « Bien sûr que Cristiano est très important pour le Portugal, mais il le serait pour n’importe quelle équipe dans le monde. Ce match est l’occasion de préparer mon équipe a joué sans lui. J’espère qu’il jouera les sept matchs en France, mais nous devons savoir jouer sans lui. »  Des déclarations qui peuvent paraître inquiétante pour le Portugal, mais révélatrice du rôle de leader dont dispose Cristiano en sélection. Le numéro 7 portugais est évidemment le joueur le plus capés avec 125 sélections. De plus son importance dans le jeu grandit au fur et à mesure des matchs disputés. Meilleur buteur de l’ère Fernando Santos, il a marqué 44 de ses 56 buts en sélection lors de matchs officiels.

Au final, la réputation de looser des Portugais prend le dessus sur la valeur réelle d’une équipe qui pourrait surprendre. Car une fois sorti d’une poule à sa portée, le Portugal pourrait bien être très difficile à sortir sur un seul match.