Premier League : l’explosion d’Adama Traoré

Il y a cinq ans, nous vous présentions Adama Traoré. Issu de la Masia, le centre de formation du FC Barcelone, l’ailier de 18 ans laissait augurer de très belles choses. Avec sa vitesse comme atout principal, il était apparu en équipe première, aux côtés de Messi et consorts.

Adama Traoré n’est certes plus au Barça, mais il brille aujourd’hui de mille feux. A 23 ans, l’Espagnol est l’atout principal de son équipe, les Wanderers de Wolverhampton. Actuels 5èmes du championnat anglais, les Wolves ont réalisé un incroyable come-back hier soir face à Manchester City. Menés 2-0, ils se sont finalement imposés 3-2. Buteur puis passeur, Traoré a été l’homme fort de ce succès. City ne lui fait pas peur : c’est déjà son troisième but cette saison face aux protégés de Pep Guardiola. Depuis son départ de Barcelone, il a su faire évoluer son jeu pour coller aux exigences de la Premier League. Et se révéler au plus haut niveau.

Une progression dans l’ombre

Adama Traoré a quitté le Barça à l’été 2015, logiquement barré par la MSN (Messi-Suarez-Neymar) et pas retenu par un club qui peine de plus en plus à faire confiance à sa propre jeunesse. Peu importe pour la “Fletxa”. Pour 10 millions d’euros, il n’a pas hésité à s’engager avec Aston Villa. Problème, son acclimatation à la Premier League est rude. S’il montre de belles choses, il reste muet en championnat et pose problème sur le plan disciplinaire.

Relégué en fin de saison, Aston Villa ne retient pas Traoré. Adama s’engage donc avec Middlesbrough et reste en Premier League. Sa première saison ressemble à la précédente : Middlesbrough descend et Adama ne brille pas vraiment. C’est en Championship que l’Espagnol progresse enfin. Son jeu devient plus collectif. En 2017-2018, il marque 5 buts et délivre 10 passes décisives. De quoi, enfin, taper dans l’œil de clubs plus huppés en première division. Et c’est Wolverhampton qui rafle la mise, pour plus de 20 millions d’euros, en août 2018.

Un club ambitieux, un collectif bien huilé, un jeu très rapide : voilà ce qu’il fallait à Adama Traoré pour s’épanouir. Son coach Nuno Espirito Santo l’utilise d’abord comme un super sub au cours de sa première saison. Lorsqu’il rentre, Traoré fait la différence sur ses accélérations.

Traoré, un défi physique compliqué pour les défenseurs anglais

C’est depuis cet été qu’Adama Traoré est devenu indiscutable dans le onze de départ des Wolves. Avec 4 buts et autant de passes décisives cette saison, il offre à son entraîneur un bon retour sur investissement. Ses qualités impressionnent : sa vitesse bien sûr, mais aussi ses contrôles, son aisance à provoquer son vis-à-vis et ses centres. Loin d’être un simple sprinteur, Adama Traoré est un véritable cauchemar pour les défenseurs anglais. Au 19 décembre, toutes compétitions confondues, 24 joueurs avaient pris un carton jaune pour une faute sur lui, en 26 matchs.

Traoré est devenu performant en étant plus complet. Il peut aussi sur s’appuyer sur une transformation physique impressionnante. Exit le gamin fluet qui fréquentait les bancs de la Masia, le Traoré de 2019 ressemble davantage à un demi de mêlée ou un ailier de rugby. De quoi l’aider à supporter les duels.

Dans un jeu de Wolverhampton qui s’appuie sur la vitesse et la percussion des ailiers, l’apport de Traoré à droite se révèle déterminant. Le 3-4-3 lui permet de bénéficier de l’appui du piston Matt Doherty et du meneur de jeu Ruben Neves. Il peut ainsi servir le roublard Raul Jiménez, l’avant-centre des Wolves.

Adama Traoré va devenir encore meilleur

Le sens tactique de Traoré s’améliore au fil des mois. En début de saison, il a dû prendre le poste de piston en remplacement de Doherty, blessé. Un événement qui lui a permis de prendre en compte les besoins du collectif, et qui a ainsi lancé sa saison. Il apprend aussi à gérer sa vitesse pour économiser des forces : Wolverhampton doit également disputer les 16èmes de finale de l’Europa League (face à l’Espanyol Barcelone).

Difficile d’imaginer Adama Traoré rester longtemps chez les Wolves s’il continue sur sa lancée. Il a ainsi reçu les louanges de Jürgen Klopp et José Mourinho. Et on imagine bien son explosivité faire de gros dégâts sous le maillot de Liverpool ou de Tottenham. Quoi qu’il en soit, le futur club de Traoré devra mettre le prix fort pour acquérir la pépite de 23 ans.

L’ailier droit semble également promis à un bel avenir international. Convoqué par l’Espagne en sélections de jeunes, Traoré a été appelé avec les A par Robert Moreno en novembre. Il a cependant dû décliner la sélection pour cause de blessure. Il est donc toujours éligible pour choisir le Mali, pays de ses parents auquel il ne ferme pas la porte. En quête de renouveau dans son secteur offensif, l’Espagne de Luis Enrique devra donc se montrer convaincante. Mais si la cour qu’elle fait à Traoré s’avère payante, elle aura entre ses mains une arme redoutable pour aborder l’Euro 2020.

A propos de Benjamin Mondon 276 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

1 Trackback / Pingback

  1. Le Barça à la recherche de son ADN - Papinade

Laisser un commentaire