Quel bilan pour l’équipe de France ?

Si la France avait été engagée dans les éliminatoires pour l’Euro 2016, la phase de qualification se terminerait ce soir au Danemark. La France compterait 20 points et se serait probablement qualifiée en tant que première de son groupe, devant le Portugal. Seulement au delà des résultats, quels sont les enseignements à tirer de tous ces matchs ?

Le résultat avant la manière

Deschamps a réussi à intégrer sa philosophie à ses joueurs, il préférera toujours gagner sans être beau à voir, plutôt qu’être un perdant magnifique et cela se ressent sur le terrain. Le retour d’un milieu ultra-physique, comme à l’époque de Raymond Domenech, dans les matchs importants, pour mettre des coups et bon dans l’impact physique en témoigne. Aujourd’hui, face à des nations en rodage comme le Portugal ça passe encore, contre le Brésil, on a vu les dégâts (défaite 3-1 au Stade de France). Dans un 4-3-3 comme le veut Deschamps, un milieu sans véritable créateur se ressent immédiatement, surtout lorsque les 3 devants sont calqués sur le modèle espagnol. Selon toutes vraisemblance, les 3 joueurs qui animeront l’attaque seront Benzema, Griezmann et Valbuena. Les deux premiers jouent dans un environnement propice au jeu en mouvement, aux petits espaces et aux combinaisons rapprochés, quand le troisième même si il est plus limité, peut se rapproché de ce style de jeu. Alors quand on a un milieu Cabaye – Matuidi – Pogba, la liaison milieu – attaque se fait difficilement, c’est pourquoi Benzema, comme à l’époque d’Anelka, décroche énormément pour toucher des ballons. Tout ça réunit fait qu’on assiste rarement à des matchs géniaux de l’équipe de France, mais ça Deschamps s’en fout, si il va dans le dernier carré, il sera adulé par tous.

Très peu de nouveaux joueurs

C’est un constat que j’avais fait au moment des matchs amicaux de Juin. Depuis le 1/4 de finale du mondial brésilien, seuls 3 nouveaux joueurs ont fêté leurs premières sélections. Nabil Fékir dans un premier temps, dans un contexte autant sportif que politique, qui a accéléré sa convocation et ses premiers pas en équipe de France. Paul George N’Tep ensuite, malgré des stats bonnes mais pas exceptionnelles, il a l’avantage de plaire énormément au sélectionneur, qui voit en lui un joueur au profil totalement différent de ce qu’on a déjà. Et enfin Anthony Martial, qui a été la hype du mois d’août, avec de bonnes performances et un transfert rocambolesque du côté de Manchester United. Ces trois joueurs ont tous un potentiel intéressant mais la concurrence en attaque reste forte et il sera dur pour eux d’aller à l’Euro. Sans aucune blessure, on peut s’imaginer que Benzema, Giroud, Griezmann et Valbuena sont déjà à l’Euro. Restent alors deux places. Si Fekir risque d’avoir du mal à revenir à temps, Lacazette semble avoir une longueur d’avance, et il restera alors une place pour la surprise du chef Deschamps. Le sélectionneur qui se justifie en “ne prenant pas les meilleurs, mais ceux qui faciliteront une vie de groupe saine”, pourra alors combler son groupe qu’il connaît déjà à 85%.

Un groupe et une hiérarchie déjà connue

Deschamps se calque énormément sur Aimé Jacquet dans la composition de son groupe. Avec la préférence d’une cohésion saine, plutôt que de prendre des joueurs plus forts qui ne s’entendront pas. Nasri en est le parfait exemple : intrinsèquement le citizen est au dessus de la majorité des milieux de l’équipe de France. Seulement, il paye sa mauvaise prestation en Ukraine, ainsi que ses multiples écarts avant. La même chose se déroule avec Toulalan, qui aurait toute sa place, mais qui a trop pris lors du marasme de Knysna et qui est dégoûté de l’EDF. Ainsi sans blessures, on connaît déjà 18 joueurs de l’EDF qui seront emmenés à l’Euro. Les 5 dernières places vont se faire à la forme du moment, ou à une révélation sur la saison. Diarra et Ben Arfa, qui ne jouaient plus au foot depuis un an sont aujourd’hui appelés à être les sauveurs de l’EDF, mais vont-ils tenir le rythme toute la saison, sans arriver cramés en juin ? Fekir sera-t-il revenu à temps pour participer à sa première grande compétition internationale ?

Des questions auxquels il faut ajouter la plus importante, être titulaire en club est il important pour être dans le groupe France ? Si on prend la composition d’équipe de jeudi face à l’Arménie, Sagna, Sakho, Varane, Evra, ne sont pas titulaires en club, Cabaye est titulaire dans un club moyen, et Diarra a fait 5 très bons matchs. Pourtant ils seront normalement tous à l’Euro, et probablement titulaires. Des statuts d’intouchables qui nuisent à la concurrence et à l’investissements des joueurs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire