Verratti, véritable successeur de Pirlo ?

Marco Verrati et Andrea Pirlo

Alors que sa prolongation à la Juventus ne devrait pas plus tarder – son contrat se terminant en juin prochain – Andrea Pirlo a d’ores et déjà annoncé que sa carrière internationale prendrait fin à l’issue de la prochaine Coupe du Monde au Brésil. Un coup dur pour la Nazionale puisque le milieu de terrain est le véritable dépositaire du jeu italien. En 2006, s’il n’a pas rayonné comme Zinédine Zidane, il a toutefois été le métronome de la Squadra Azzura, délivrant notamment une merveille de passe décisive en demi-finale contre l’Allemagne, et a terminé la compétition co-meilleur passeur avec son coéquipier, Francesco Totti. En 2012, après une saison de très haut calibre avec la Juventus avec laquelle il remporte presque tout, il abat encore un travail monumental pendant l’Euro avec notamment un ratio incroyable de passes réussies (92,42 %), permettant à l’Italie de se hisser jusqu’en finale. Mais Andrea Pirlo, c’est aussi et surtout l’inventeur d’un poste nouveau, qui rompt avec l’image du n°10 traditionnel que l’on pourrait avoir.

Le regista : ce meneur de jeu en retrait, placé juste devant la défense. Pourtant, bien qu’il évolue plus bas sur le terrain qu’un véritable meneur de jeu censé perforer les défenses par sa technique et sa qualité de passe, Andrea Pirlo reste le véritable architecte – comme il est couramment surnommé – des équipes où il évolue, alternant décalages, longues transversales et passes en profondeur. S’il ne brille pas par son impact physique avec son “petit” mètre 77, le natif de Brescia compense par sa vision du jeu, sa science tactique et un positionnement des plus efficaces pour récupérer bon nombre de ballon, quelques qualités qui rappelle un petit italien de Ligue 1… Rien de surprenant puisque Marco Verratti, le jeune milieu parisien, a toujours été présenté comme la relève du prodigieux international italien, surtout qu’à Pescara il a été replacé par Zdeněk Zeman juste devant la défense… Un hasard ? Pas vraiment.

S’il est encore trop jeune et manque d’expérience et de maturité pour détenir totalement les clés du jeu parisien entre les mains, Carlo Ancelotti puis Laurent Blanc l’ont tour à tour fait progresser au point d’en faire un joueur des plus courtisés. Il faut dire que le jeune italien a énormément progressé même s’il est loin d’être intouchable et qu’il lui reste encore de nombreux défauts à gommer, à commencer par son tempérament sulfureux. Pour autant, le gamin a pris une autre dimension cette année, enchaînant les performances, et devenant un atout indispensable dans l’entrejeu de l’équipe parisienne. Toutefois, Verratti est encore bien loin de Pirlo et de sa capacité à créer le danger et se projeter vers l’avant comme il était capable de le faire. Ainsi, contre Sochaux, le 7 Décembre dernier, Paris gagne 5 – 0, avec 72,5% de possession de balle et Marco Verrati réussit 113 passes sur 122, un chiffre impressionnant… et pourtant, sur ces 113 passes réussies seulement 11 ont été effectuées dans le dernier tiers du terrain et une seule a amené à une occasion dangereuse. Des statistiques qui soulignent encore le long chemin qu’il lui reste à effectuer. En attendant, l’été prochain, c’est bien le vétéran qui devrait parcourir les pelouses brésiliennes alors que Prandelli s’est montré bien moins loquace concernant la sélection de son “héritier“.

Marco Verrati contre Sochaux

 

© Pariskop / Fourfourtwo

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire