Récit de Nice – Monaco vu des tribunes

Balotelli heureux comme un enfant.

C’était le match qu’il ne fallait pas louper lors de cette sixième journée de Ligue 1. Le derby de la côte d’azur, Nice – Monaco allait voir s’affronter les deux dernières équipes invaincues de la saison. Pour s’imprégner de l’ambiance locale, nous sommes allés dans les tribunes de l’Allianz Riviera. Voici le récit d’une folle soirée.

Après la réception de Marseille, et de Schalke, le derby face à Monaco était la troisième grosse affiche de la saison pour les niçois. L’attente était forte autour du match, tellement forte que ni l’horaire, ni les problèmes d’accès au stade n’ont eu raison de l’envie des supporteurs locaux. 21857 personnes se sont présentés dans l’antre cher à Jean Pierre Rivière. Un chiffre qui indique que les 2/3 du stade étaient remplis contrairement à ce que la télé pouvait laisser penser. La raison à ça et que le prix pratiqué par le club en tribune latéral n’a rien d’abordable. Pour avoir une place le long de la ligne de touche, il fallait débourser entre 45 et 65€, des prix qui repoussent forcément les familles, un mercredi à 19h. Les virages, plus abordables étaient remplis, la BSN d’un côté, les kop du virage Sud de l’autre. Il n’en fallait pas plus pour que ce derby soit lancé. Tout était réuni pour que le match reste dans les mémoires.

« Dai, Dai Balotelli »

Le match commence, Lucien Favre reconduit son 3-5-2 avec Belhanda titulaire, tandis qu’en face Leonardo Jardim propose un quatuor Lemar – Moutinho – Silva – Falcao. Le numéro 10 portugais est d’ailleurs source d’inquiétude dans les tribunes niçoises. « Le petit Bernardo qu’est ce qu’il va vite, et puis techniquement c’est vraiment fort. » s’inquiète un supporteur présent ce soir. Le début du match n’est pas pour contredire ces dires. Bernardo est partout, et c’est Monaco qui domine le jeu. Les premières occasions sont pour les hommes de la principauté, Falcao, et Lemar inquiètent Cardinale. Lemar est d’ailleurs une autre source d’inquiétude, « Le petit Lemar qu’est ce qu’il va vite ». Le premier quart d’heure est très compliqué pour les niçois qui vont se donner de l’air sur un premier coup franc de Cyprien, smashé de la tête par le capitaine Baysse.

Le public explose, et compense la joie très mesurée du buteur, sûrement peu habitué à être au sommet de l’affiche. L’ambiance est alors à la fête et le stade se met à sauter, la BSN met une ambiance vraiment plaisante, et demande le soutien du stade pour mettre de la vie dans ce stade. Nice prend confiance, joue plus haut, et se met à prendre confiance dans le jeu. Les relances sont toujours courtes et le rôle du milieu Koziello – Sery – Cyprien est absolument parfait. Vient alors la demi-heure de jeu, Belhanda très fort hier soir lance Balotelli en profondeur. Les (nombreux) supporteurs italiens présent en tribune encourage Balotelli dans sa course « Dai, Dai, Balotelli », l’italien ne se fait pas prier, croise sa frappe et marque le but. Une petite célébration timide et un large sourire témoigne de sa bonne humeur sur la côte d’azur.

Soirée parfaite pour les niçoises

La pause à peine commençait que les supporteurs passent leurs bonheurs dans les stands de nourriture rapide et les frites sont de la partie. Il faut dire que si Monaco paraissait au-dessus en début de match, les niçois ont su faire imploser le collectif monégasque pour se rendre le match facile. « On mène 2-0 mais faut faire attention, le match est loin d’être fini. » entend-on à la pause de la part des supporteurs locaux, heureux mais méfiants. Le football reprend et Valère Germain reçoit une belle ovation lors de son entrée.

Le match reprend sans Falcao, parti à l’hôpital après un choc violent devant Cardinale. Le schéma de jeu reste le même pour Nice, qui attend son adversaire et essaie d’être le plus rapidement devant le but monégasque. C’est ce que fait Ricardo Pereira qui en dédoublant sur son côté sert Balotelli dans l’axe, 3-0, le stade explose tandis que l’italien salue la BSN. La communion est parfaite. Un chant à la gloire de l’italien se fait entendre et retenti durant de longues minutes jusqu’à la sortie de la nouvelle coqueluche. Il se pourrait bien que le « Lalalalala Super Mario » se fasse entendre encore lors des prochains matchs à l’Allianz.

Le match se termine sur le quatrième but de Plea, qui vient se jeter dans les bras des supporteurs, les mêmes qui l’ont pas mal critiqué ces derniers temps. Le début de saison est quasiment parfait pour le Gym. Les supporteurs sont très satisfaits et ne cessent de se répéter que leur OGC Nice est leader de Ligue 1, surréaliste pour certains, féerique pour les plus jeunes, déjà fan de Super Mario. La soirée est plus que réussie, et Nice se place désormais comme l’équipe frisson de cette saison de Ligue 1. Le meilleur est à venir pour Favre et ses hommes.

1 Comment

  1. Salut ! Je me souviens parfaitement de ce match. Personne ne s’attendait à un tel score. Ce jour-là, Mario Balotelli avait été à la hauteur de son statut de star mondiale. Outre l’attaquant italien, toute l’équipe de Nice était en feu.

Laisser un commentaire