Il faut sauver le soldat Giroud

Il est devenu indésirable à Chelsea. Le retour de prêt de Michy Batshuayi et l’éclosion du jeune Tammy Abraham l’ont condamné à cirer le banc. Dans l’esprit de Frank Lampard, Olivier Giroud n’est plus indispensable en pointe de l’attaque des Bleus. Il ne cumule que 211 minutes de jeu toutes compétitions confondues, pour un seul but inscrit en Supercoupe de l’UEFA…

Mais en équipe de France, la réalité est toute autre. Maintenu en sélection par Didier Deschamps malgré la critique, Giroud a été décisif lors des deux dernières sorties des Bleus. Un but contre l’Islande, un autre contre la Turquie, et l’avant-centre montre un autre visage qu’en club.

A quelques mois de l’Euro 2020, il devient urgent pour Olivier Giroud de retrouver du temps de jeu. Un départ de Chelsea au mercato d’hiver est pratiquement acté. Mais dans quelle direction ?

L’Inter Milan

La porte de sortie la plus prestigieuse se trouverait en Italie. Du côté de Milan, plus précisément. D’après Calciomercato, les dirigeants de l’Inter seraient intéressés par l’attaquant de 33 ans. Celui-ci a déjà évolué sous les ordres d’Antonio Conte, pendant 6 mois en 2018. A l’époque à Chelsea, le technicien italien envisageait plutôt Giroud comme un joker de luxe, une option à portée de main sur le banc.

Giroud et Conte, à Chelsea en 2018.

A priori, le Français ne pourrait pas espérer bien mieux en allant à l’Inter. D’autant plus que le titulaire en pointe, Romelu Lukaku, est dans une forme olympique. Giroud ne serait donc que le remplaçant attitré de Lukaku, et ça ne nous rassure pas vraiment pour son temps de jeu.

L’Olympique Lyonnais

Autre piste de choix pour Giroud, l’OL lui offrirait aussi une bonne visibilité et du foot européen. Nouvel entraîneur de Lyon, Rudi Garcia avait déjà tenté de faire venir Giroud à Marseille dans le passé, sans succès. La piste lyonnaise, déjà évoquée cet été, a refait parler d’elle il y a quelques jours.

Problème : le secteur offensif de l’OL est lui aussi concurrentiel. Pas de Lukaku cette fois, mais bien un Moussa Dembélé fringant qui a fait ses preuves en Ligue 1 l’année dernière (15 buts). Souvent mis sur le banc par Sylvinho qui voulait construire son attaque autour de Memphis Depay, Dembélé a systématiquement été aligné par Garcia depuis son arrivée. A moins que le tacticien ait une idée derrière la tête, difficile de concevoir une arrivée de Giroud dans ce contexte.

L’OGC Nice

Ce serait certainement l’idée la plus séduisante. Un projet ambitieux avec le récent rachat de Nice par Ineos, une équipe jeune en quête de leaders et d’expérience : Giroud et Nice semblent faits l’un pour l’autre. En avril, l’ancien président niçois Gauthier Ganaye clamait publiquement son intérêt pour le joueur. Depuis, plus rien, mais la rumeur pourrait revenir à l’approche du mercato hivernal.

Giroud aurait un très bon coup à jouer dans le dispositif niçois. En 3-5-2, il pourrait utiliser ses qualités de pivot au service de Kasper Dolberg, que l’on peut imaginer dans un rôle d’électron libre. En 4-3-3, il serait le finisseur parfait pour la machine niçoise. Le seul risque est de voir les Niçois végéter dans les profondeurs du classement cette saison : actuellement 16e de Ligue 1, le club azuréen ne joue pas de coupe d’Europe. Pour un joueur du calibre d’Olivier Giroud, ça peut poser problème.

Les Girondins de Bordeaux

Les Girondins ont eux aussi étudié la piste cet été. Et pourraient revenir à la charge cet hiver. S’ils semblent eux aussi abonnés au milieu de tableau et ne sont pas non plus en Coupe d’Europe, les Bordelais ont un projet cohérent. Ils ont aussi avec eux un bon ami d’Olivier Giroud : Laurent Koscielny, son coéquipier à Arsenal et en équipe de France pendant près de 6 ans.

Et si les deux compères étaient à nouveau réunis sous les mêmes couleurs ?

Bordeaux se cherche un avant-centre performant. L’apport de Jimmy Briand, tant en buts que dans le jeu, se révèle insuffisant pour jouer les meilleures places du championnat. Josh Maja (20 ans) manque d’expérience et l’arrivée de Giroud pourrait aussi lui permettre de progresser. Seuls handicaps pour la piste bordelaise, le niveau de l’équipe, pas forcément à la hauteur d’un joueur de son calibre, et la réticence des investisseurs à mettre la main à la poche.

La MLS

A l’antenne de RMC, Olivier Giroud avait déclaré qu’il envisageait une pige en MLS pour finir sa carrière. Et il faut croire que les clubs américains l’ont écouté. Les Whitecaps de Vancouver se seraient renseignés sur le dossier et pourraient passer à l’attaque en janvier.

Le niveau des défenses de la MLS est relativement faible, et permettrait à Giroud de retrouver la confiance perdue en club. On se rappelle d’André-Pierre Gignac, sélectionné pour l’Euro 2016 grâce à des statistiques affolantes au Mexique. Seulement, les exigences du plus haut niveau s’étaient vite rappelées à son bon souvenir, et Gignac avait déçu, ratant même une occasion immanquable en finale. On ne peut pas souhaiter à Giroud le même destin en international…

A propos de Benjamin Mondon 200 Articles
Des analyses parfois aussi improbables qu'un mélange entre Ronaldinho et Cheick Diabaté.

3 Comments

1 Trackback / Pingback

  1. France - Moldavie (2-1) : les notes des Bleus - Papinade

Laisser un commentaire