Le Stade Rennais, au bord du gouffre

Les ultras du Stade Rennais ont fait part de leur mécontentement vis à vis de la situation du club © Twitter Roazhon Celtic Kop
Les ultras du Stade Rennais ont fait part de leur mécontentement vis à vis de la situation du club © Twitter Roazhon Celtic Kop

Neuf matchs joués pour une seule victoire et six malheureux points. Quinzième de Ligue 1 mais à égalité de points avec Strasbourg, barragiste, le Stade Rennais connaît un début de saison cataclysmique et tout ça sans avoir joué ni le PSG ni Monaco. 

Battu lors du “derby” breton contre Guingamp, le Stade Rennais reste sur une série de quatre matchs sans victoire dont trois défaites. Le club breton est aujourd’hui au bord de l’implosion interne. Un tant annoncé virés par la presse, le président René Ruello et Christian Gourcuff, plus contestés que jamais, sont pourtant toujours en place. Le conseil d’administration a même communiqué ce mardi et assuré à l’unanimité de son soutien à René Ruello.

Le message de Gourcuff ne passe plus

Arrivé l’année dernière pour construire un projet ambitieux après l’échec Montanier, Christian Gourcuff a vécu une première saison mitigée. Le board du club rennais lui a alors laissé les mains libres pour le mercato estival, dépensant même 28 millions d’€ en un seul été. La balance des transferts est même largement négative : Grosicki et N’tep sont partis pour même pas 13 millions d’€ lors de l’hiver. La seule arrivée d’Ismaïla Sarr (16 millions) en provenance de Metz dépasse le montant reçu pour les deux rennais. Maouassa (7 millions) et Koubek (3 millions), en remplacement après la blessure d’Abdoulaye Diallo, ont également posé leurs valises en Bretagne comme Hamari Traoré (2,5 millions) et Benjamin Bourigeaud (libre). Sur le papier, le onze rennais est alléchant d’autant plus que Wahbi Khazri débarque en prêt à la fin de l’été.

Mais les résultats ne suivent pas et le projet de Christian Gourcuff ne passe clairement pas. Le fameux 4-4-2 du “mage breton” trouve ses limites. Les mêmes qu’avec Lorient, sauf que cette fois, les attentes ne sont pas les mêmes. La défense rennaise est aux abois et n’a pas terminé un seul match depuis le début de la saison sans avoir concédé au moins un but. Devant, les profils sont trop similaires et les Rouges et Noirs manquent cruellement d’un vrai attaquant de pointe d’expérience. De talent, ils en ont pourtant à la pelle avec Ismaïla Sarr et Faitout Maouassa en point d’orgue. Mais le premier sera absent un long moment des pelouses et le second peine à confirmer les attentes autour de lui, notamment dans le secteur offensif.

Un invraisemblable imbroglio

Plutôt calmes jusqu’au match – perdu – face au voisin guingampais, les supporters rennais ont manifesté leur dépit face à la situation du club et réclamé des têtes. Dimanche, les ultras du Roazhon Celtic Kop ont même déployer des banderoles au stade et au centre d’entraînement demandant la démission du technicien rennais.

Décision semble-t-il entendue par la direction puisque, lundi, 20 Minutes puis l’ensemble de la presse sportive annoncent le licenciement du président et de l’entraîneur. Seulement, ce mardi, les deux sont toujours présents, envers et contre toute attente. Pour combien de temps, nul ne le sait. Mais au vu des résultats actuels, leurs jours semblent a priori comptés. Avant la réception de Lille, samedi, qui s’annonce houleuse, la demeure rennaise est en grand péril. Au début de saison, Christian Gourcuff annonçait que “la qualité de jeu déterminerait les objectifs du club”. À l’heure actuelle, même le maintien paraît compromis…

2 Comments

Laisser un commentaire