Steven Gerrard, l’homme avec lequel Liverpool n’a jamais marché seul [Partie 1]

La parade des Reds dans Liverpool après avoir remporté les trois trophées.

On joue la 89ème minute du match entre Liverpool et Blackburn Rovers en ce 29 novembre 1998. Les 41753 spectateurs présents ce jour dans l’antre d’Anfield l’ignorent, mais Gérard Houllier va faire jouer pour la première fois sous le maillot des Reds une future légende, nommée Steven Gerrard. Ce jeune Scouser [c’est ainsi que l’on appelle les habitants de Liverpool et de la région environnante du Merseyside] s’apprête à marquer au fer rouge l’histoire du Liverpool Football Club.

Pourtant cette histoire aurait bien pu ne jamais s’écrire. En effet, alors que le jeune gamin de Whiston [banlieue de Liverpool, dans le district d’Huyton] qui, tout juste âgé de neuf ans, vient d’intégrer le centre de formation du club, joue sur un terrain vague de la ville, le ballon se coince dans une haie. Gerrard s’aventure à le récupérer avec son pied, mais tape violemment dans un râteau rouillé. Il se rend donc à l’hôpital, où l’amputation de son gros orteil est un temps envisagée… C’est l’Irlandais Steve Heighway, alors responsable du centre de la formation et ancienne gloire du Liverpool Football Club dans les années 70, qui le sauva d’une amputation potentiellement fatale à sa carrière de footballeur.

Ce même Steve Heighway déclare trois ans plus tard dans un article voir en ce jeune môme, grand fan des Reds, une future star du ballon rond et du LFC. En effet, à seulement douze ans, il joue déjà avec les moins de quatorze. De plus, l’Irlandais souligne son plaisir d’entraîner un tel joueur, qui manifeste une attitude exemplaire aux entraînements et dans son développement personnel. Ce qui explique également le fait que Steven Gerrard ait suscité l’intérêt de la Fédération anglaise (FA) dès son plus jeune âge.

Gerrard vu à douze ans par Heighway, qui prédisait déjà sa grande carrière.
Gerrard vu à douze ans par Heighway, qui prédisait déjà sa grande carrière.

A quatorze ans, il réalise des essais dans différents clubs, dont Manchester United, le grand rival de Liverpool. A cet effet, il dira dans son autobiographie parue en 2006 les avoir réalisé “pour faire pression sur les dirigeants de Liverpool afin qu’ils [lui] offrent un contrat jeune” [son autobiographie fut un véritable succès outre-Manche, puisqu’elle a remporté le titre de livre sportif de l’année aux British Book Awards]. Le gamin de la Mersey paraphe finalement son premier contrat professionnel chez les Reds en Novembre 1997, réalisant ainsi son rêve d’enfant et écrivant les premières lignes d’une belle histoire, qui ne faisait que commencer.

Nous sommes à présent le 5 décembre 1999. Le LFC affronte Sheffield Wednesday à Anfield, pour le compte de la 17ème journée de championnat. Si les visiteurs ouvrent le score à la 18ème minute par l’intermédiaire d’Alexandersson, il ne suffit que de trois minutes à Sami Hyypia pour égaliser. Les Reds regagnent même les vestiaires sur le score de 2 à 1 grâce à Murphy. Ce match des Scousers aurait pu être un match comme les autres. Mais à la 69ème minute, David Thompson déborde sur le côté droit des Owls. Il sert en retrait le Camerounais Rigobert Song, qui passe la balle à Gerrard aux quarante mètres.

La suite est un récital de la part de celui qu’on surnommera plus tard “Stevie G” : il avance sans être attaqué jusqu’aux vingt mètres et, de deux passements de jambes successifs, élimine deux défenseurs de Sheffield. Il n’a alors plus qu’à croiser sa frappe, d’un tir en force au ras du sol, pour marquer le premier de ses 187 buts sous le maillot des Reds. Au cours de cette deuxième saison, Steven Gerrard se voit attribuer un temps de jeu plus conséquent que lors de sa première, foulant les pelouses de Premier League à vingt-neuf reprises contre douze la saison précédente.

Celui qui porte alors le numéro 28 de Liverpool va même connaître les joies de la sélection anglaise en portant le maillot des Three Lions à deux occasions. D’abord contre l’Ukraine le 31 mai 2000 en match amical, et enfin en rentrant en cours de jeu lors de l’Euro 2000 contre l’Allemagne (lors d’une victoire 1 à 0), avant de subir une élimination prématurée dès les phases de groupe.

La saison qui s’ensuit est celle de l’explosion pour le jeune Red, qui à cinquante reprises enfile le maillot orné du Liverbird, faisant ainsi de lui l’un des grands artisans de la fabuleuse saison des Scousers. Ces derniers terminent le championnat d’Angleterre à la troisième place, à un point d’Arsenal, vice-champion, et à onze points des champions, les Red Devils de Manchester United. Au cours de l’exercice, “Stevie G” est élu meilleur jeune du championnat d’Angleterre. En trente-trois matches (dont vingt-neuf en tant que titulaire), il fait trembler les filets à sept reprises et délivre une passe décisive.

Hormis le championnat, les Reds rafleront tous les trophées durant cette saison pleine. Le 25 février 2001, Gérard Houllier remporte son premier trophée depuis son arrivée sur le banc de Liverpool : ses joueurs viennent à bout de ceux de Birmingham City en finale de la League Cup (1-1, 5-4 t.à.b).

Gérard Houllier et le triplé des Reds.
Gérard Houllier et le triplé des Reds.

Trois mois après, Gerrard est de nouveau titulaire pour débuter une finale : celle de la FA Cup face à Arsenal, dirigé par un autre Français, l’Alsacien Arsène Wenger. En ce 12 mai, au Millenium Stadium de Cardiff, un homme va faire basculer la rencontre à lui tout seul, il s’agit du futur Ballon d’Or anglais Michael Owen qui, en l’espace de cinq minutes, va dans un premier temps répondre à l’ouverture du score de Freddie Ljungberg, puis faire passer Liverpool en tête au tableau d’affichage, à deux minutes de la fin du temps réglementaire. Un avantage que les Reds préservent jusqu’au coup de sifflet final pour s’adjuger une deuxième coupe.

Quatre jours plus tard, les Merseysiders jouent leur troisième finale de la saison, celle de la coupe de l’UEFA contre les Espagnols du Deportivo Alavés. Steven Gerrard marque le deuxième but de son équipe lors d’un match de folie remporté 5 à 4 par les siens, qui raflent leur troisième trophée de la saison 2000/2001.

La parade des Reds dans Liverpool après avoir remporté les trois trophées.
La parade des Reds dans Liverpool après avoir remporté les trois trophées.

Ils s’offriront même le luxe de battre 3-2 le Bayern Munich (récent vainqueur de la Ligue des champions) en finale de la Supercoupe de l’UEFA afin de commencer l’exercice suivant de la plus belle des manières. Au cours de cette saison 2001/2002, Gerrard, avec trois réalisations en 28 matchs joués (une blessure en Ligue des champions face à Galatasaray le 20 février l’éloigne des terrains pendant un mois), s’impose un peu plus comme un des artisans de la réussite des Reds de Liverpool, vice-champions d’Angleterre à sept points des Gunners d’Arsenal.

En dépit de cette saison réussie sur le plan personnel, une blessure à l’aine, survenue lors du dernier match de la saison face à Ipswich Town, vient briser un rêve, celui de participer au Mondial de football 2002 organisé en Corée du Sud et au Japon. Cette blessure n’est que le début des déboires que va connaître Gerrard en sélection tout au long de sa carrière.

La cinquième saison de “Stevie G” sous le maillot Red, en 2002/2003, est réussie sur le plan personnel, puisqu’il foule à 34 reprises les gazons anglais et envoie à cinq reprises les gardiens de Premier League chercher le cuir au fond de leurs filets. Mais cette réussite personnelle, même conjuguée aux dix-neuf réalisations de Michael Owen, ne permet aux hommes rouges de Liverpool que de terminer à une “modeste” cinquième place. Cependant, ils viennent à bout de leurs rivaux, les Red Devils de Manchester United, le 2 mars 2003 au Millenium Stadium de Cardiff, en finale de la League Cup, sur le score de 2-0. Steven Gerrard remporte ainsi son cinquième trophée avec Liverpool : il avait lui-même mis son équipe sur la voie de la victoire, dès la 39e minute, d’une frappe des trente mètres déviée par David Beckham qui ne laissa aucune chance au gardien mancunien Fabien Barthez. Une victoire scellée à quatre minutes du coup de sifflet final par Michael Owen, d’un tir croisé.

Le 15 octobre 2003, en marge d’un match de coupe de l’UEFA contre les Slovènes du NK Olimpija Ljubljana, Gérard Houllier prend une décision importante : il confie le brassard de capitaine de Sami Hyypia à Gerrard, estimant que le Scouser a assez mûri pour devenir le leader des Reds. A ce propos, le défenseur finlandais déclarera plus tard lors d’une interview : “Je me souviens encore du jour où j’ai cédé le brassard de capitaine à Gerrard. Nous allions à l’entraînement et il n’osait pas me regarder. Je suis donc allé m’asseoir à côté de lui, je l’ai félicité et je lui ai dit que, s’il avait besoin, je serais toujours là pour l’aider. Ce fut un soulagement pour lui de voir que je prenais bien la décision du coach de me défaire du brassard de capitaine à son profit”.

Ainsi Steven Gerrard le gamin d’Huyton, Steven Gerrard le Merseysider, Steven Gerrard le Scouser devient à 23 ans le quarante-quatrième capitaine du Liverpool Football Club, ignorant qu’il serait pour douze saisons “Captain Gerrard”.

La suite vendredi prochain…

© Getty Images

1 Comment

Laisser un commentaire