Steven Gerrard, l’homme avec lequel Liverpool n’a jamais marché seul [Partie 2]

"Stevie G" soulève fièrement la Ligue des champions.

Nous avions laissé Steven Gerrard en octobre 2003, au moment où il devenait capitaine de son club de cœur.

Pour sa première saison en tant que capitaine, Steven Gerrard guide les siens à la quatrième place de la Premier League. Il la termine en ayant marqué quatre buts et réalisé une passe décisive en 34 rencontres de championnat. Cette saison est également la dernière du Français Gérard Houllier sur le banc de Liverpool : il quitte le club après un exercice sans trophée. Ce départ va profondément perturber le néo-capitaine des Merseysiders, qui n’est pas satisfait des progrès réalisés par son club. Il va alors être approché par le club londonien de Chelsea qui va mettre sur la table une offre de 28,6 millions d’euros (20 millions de livres) afin de s’attacher les services du natif de Whiston. Celui-ci avoue avoir, pour la première fois de sa carrière, pensé à quitter son club de cœur, club auquel il va finalement rester fidèle et ainsi faire la connaissance du nouvel entraîneur : l’Espagnol Rafael Benitez, tout récent vainqueur de la Coupe de l’UEFA avec le FC Valence.

Si Steven Gerrard avait enfilé la tunique de Chelsea, ça aurait donné ceci en 2012.
Un photomontage de Gerrard avec la tunique de Chelsea.

Pour sa première saison sur le banc de Liverpool, il va terminer à une modeste cinquième place en championnat et connaître une élimination prématurée en FA Cup dès son entrée en lice au 3ème tour. Mais “Captain Gerrard” va faire de cette saison une saison mémorable pour le LFC et ses supporters. Pourtant, celle-ci avait mal commencé pour le maillot numéro 8 orné du Liverbird, qui se blesse lors de la sixième journée de championnat contre les rivaux de Manchester United. Il fait seulement son retour à la fin du mois de novembre, manquant ainsi à son équipe lors de quatre matchs de Champions League.

“Stevie G” va faire chavirer tout Anfield le 8 décembre 2004. Ce soir-là, Liverpool reçoit les Grecs de l’Olympiakos. Une victoire est impérative pour se qualifier pour les huitièmes de finale de la coupe aux grandes oreilles, mais les Merseysiders sont menés 1 à 0 à la mi-temps. Cependant, un but du Français Sinama-Pongolle et un autre de l’Anglais Neil Mellor vont redonner espoir à tout le peuple des Reds. Un espoir qui va se transformer en libération lorsqu’à la 86ème minute de jeu, Gerrard reprend le ballon d’une frappe surpuissante (dont lui seul a le secret) de l’extérieur du pied droit, frappe qui vient définitivement valider le billet de son équipe pour les huitièmes de finales.

En cette saison, deux autres matchs du LFC vont être marqués par l’empreinte du Scouser. Tout d’abord, la finale de la League Cup contre le Chelsea Football Club de José Mourinho, le 27 février 2005 au Millenium Stadium de Cardiff. Le gamin de la Mersey va contre son gré marquer ce match de sa trace, puisqu’il est buteur… contre son camp à la 79ème minute, permettant ainsi aux Blues de recoller suite à l’ouverture du score de John Arne Riise, et ainsi de jouer trente minutes supplémentaires qui vont être fatales aux Merseysiders, ceux-ci étant défaits par les protégés du technicien portugais.

Mais l’apothéose de cette saison va avoir lieu le 25 mai 2005 à Istanbul à l’Ataturk Olimpiyat, lors de la finale de la Ligue des champions contre le “grand Milan AC” de Carlo Ancelotti, composé de Shevchenko, Crespo, Pirlo et Seedorf, pour ne citer qu’eux. Dès la première minute, le Milan AC ouvre le score par l’intermédiaire de Maldini, ces derniers regagnent même les vestiaires sur le score de 3-0 grâce à un doublé de Crespo. A ce titre, Gerrard évoque dans son autobiographie le rictus méprisant de Gattuso qui, en rentrant aux vestiaires, se voyait sans doute déjà lever la fameuse coupe aux grandes oreilles.

Mais “Captain Gerrard” ne va pas se laisser impressionner et relance son équipe à la 54ème minute d’une tête imparable (à 1’04” sur la vidéo), même pour l’un des meilleurs gardiens de l’époque, le Brésilien Dida. Deux minutes plus tard, Smicer va ramener le LFC à une petite longueur de son adversaire du jour. Puis, à la 60ème minute, ce qui semblait impossible un quart d’heure plus tôt semble enfin l’être, quand le capitaine de Liverpool est bousculé dans la surface de réparation par Gattuso et obtient ainsi un penalty. Transformé en deux temps par Xabi Alonso, il envoie les Reds en prolongations puis à l’insoutenable séance de tir aux buts. Le gardien de Liverpool, le Polonais Jerzy Dudek, est le héros de cette séance de tirs au but, permettant ainsi aux siens de remporter cette finale de Ligue des champions pourtant bien mal engagée. Le miracle d’Istanbul était ainsi né. Steven Gerrard est, quant à lui, élu homme du match ; il sera par la suite meilleur joueur de l’UEFA 2005 et troisième au Ballon d’or la même année.

"Stevie G" soulève fièrement la Ligue des champions.
“Stevie G” soulève fièrement la Ligue des champions.

Au cours de la saison qui s’ensuit, “Stevie G” est élu meilleur joueur de l’année de la Professional Footballers’ Association (PFA, suite à un vote des membres du syndicat des joueurs). Ce trophée vient récompenser sa saison pleine puisqu’en 32 matchs de Premier League, il va scorer à dix reprises et délivrer une passe décisive. Cet exercice 2005/2006 va voir le capitaine de Liverpool soulever un nouveau trophée, celui de la FA Cup. En effet, au terme d’une nouvelle finale mémorable et guidé une fois de plus par un Steven Gerrard de gala, le LFC vient à bout de West Ham le 13 mai 2006 (encore au Millenium).

Pourtant, une fois de plus, tous les éléments semblaient se déchaîner contre les joueurs de Liverpool, eux qui étaient menés de deux buts au bout de 30 minutes de jeu (dont un contre son camp de Carragher). Cependant, le Français Djibril Cissé réduit dans un premier temps la marque, avant que le natif d’Huyton n’égalise à la 54ème minute d’une reprise de volée au point de penalty qui ne laissa aucune chance au gardien des “Hammers” : un but (à 1’40” sur la vidéo ci-dessous) qui fait de Gerrard l’unique joueur à avoir marqué en finale en Ligue des champions, coupe de l’UEFA, League Cup et FA Cup.

Si Konchesky permet aux Hammers de reprendre l’avantage, un homme va anéantir tous les espoirs des Irons, et par la même occasion libérer tout un peuple. Cet homme, c’est encore une fois Steven Gerrard, lui qui à la 91ème minute, d’un boulet de canon des trente mètres, vient faire trembler les filets. Le pauvre Shaka Hislop, une fois de plus, ne peut rien faire devant la force de frappe du Scouser, si ce n’est aller chercher le cuir au fond de ses cages (voir à 3’00”). Finalement, au terme d’une nouvelle séance de tirs au but, le LFC s’adjuge le précieux trophée.

Pendant l’été 2006, le Merseysider va enfin réaliser son rêve d’enfant et le rêve de tout footballeur : disputer la Coupe du monde de foot, qui se déroule en Allemagne. L’Angleterre va y subir une élimination aux tirs au but en quarts de finale face au Portugal, Gerrard finit lui meilleur buteur de la sélection avec deux réalisations (une contre Trinité-et-Tobago lors du deuxième match de poule, et une autre contre la Suède lors du troisième match de poule).

La campagne 2006/2007 commence, pour la bande à Stevie, par une victoire 2-1 contre Chelsea lors du Community Shield. A ce moment-là, Steven Gerrard ignore que ses plus belles années sous le maillot des Reds sont derrière lui, puisqu’il ne soulèvera plus qu’à une seule reprise un trophée avec son club de cœur. Cette saison 2006/2007 est le début d’une longue disette pour le LFC, qui termine le championnat à la troisième place, bien aidé par les sept buts et deux passes décisives de son capitaine en 36 matchs joués. Les Reds sont battus le 23 mai 2007 à Athènes, en finale de la Ligue des champions, par le Milan AC, qui prend sa revanche sur le score de 2-1. Pour une fois, “Stevie G” ne peut rien faire pour sauver les siens.

Gerrard, défait par le Milan AC qu'il avait battu deux ans plus tôt.
Gerrard, défait par le Milan AC qu’il avait battu deux ans plus tôt.

La saison qui suit est exceptionnelle sur le plan personnel pour le Scouser, alors âgé de 27 ans, qui, en 52 matches (toutes compétitions confondues) trouve le chemin des filets à 21 reprises : son record sur une saison jusque-là. Il délivre également 18 passes décisives dont 10 juste en championnat. Il devient également en décembre 2007, suite à un match contre l’Olympique de Marseille, le premier joueur du LFC depuis l’Irlandais John Aldridge (en 1989) à faire trembler les filets lors de sept matchs consécutifs toutes compétitions confondues. Toujours lors de ce même mois, il est fait membre de l’ordre de l’empire britannique par la reine Elizabeth II.

Au terme de cette saison, Gerrard est élu pour la sixième fois dans l’équipe type de l’année de la PFA. Sur le plan collectif, le LFC finit le championnat à la quatrième place, à onze points de Manchester United. Les Reds connaissent un parcours décevant en FA Cup et en League Cup, subissant respectivement une élimination en huitièmes de finale contre Barnsley et en quart de finale contre Chelsea. Ils se font éliminer par ce même Chelsea aux portes de la finale en Ligue des champions.

2008/2009 est de nouveau une saison de haut vol pour “SG8” : il la finit en ayant marqué la bagatelle de 16 buts (meilleur buteur du LFC) et réalisé 12 passes décisives en 31 matchs de championnat. Il est logiquement élu meilleur joueur du championnat par la FWA (Football Writers’ Association, association des journalistes football anglais), et devient ainsi le premier joueur de Liverpool à remporter cette distinction personnelle depuis l’anglais John Barnes en 1990. Cependant, malgré ces performances, le capitaine de Liverpool ne parvient toujours pas à soulever le trophée de Premier League, lui et ses partenaires échouant à seulement quatre longueurs de leurs rivaux de… Manchester United.

Il va également être un grand artisan du parcours des Merseysiders dans la plus prestigieuse des compétitions : lors de cette Champions League 2008/2009, Steven Gerrard va marquer à sept reprises. Il pousse notamment deux fois le cuir au fond des filets lors d’une victoire éclatante 4-0 à Anfield contre le Real Madrid en huitièmes de finale retour. Mais lui et son équipe sont une fois de plus stoppés par Chelsea, cette fois en quart de finale.

Un score sans appel : Liverpool mène 4-0 contre le Real Madrid.
Un score sans appel : Liverpool mène 4-0 contre le Real Madrid.

“Captain Gerrard” se fait remarquer d’une autre façon au cours de cet exercice 2008/2009. On est le 28 décembre 2008 et les protégés de Benitez se déplacent à Newcastle, afin d’affronter les locaux dans leur antre de St James’ Park. Ce match va vite tourner à l’avantage de l’équipe qui se déplace : Liverpool va l’emporter sur le score sans appel de 5-1 grâce notamment à un doublé de son emblématique capitaine. Ce dernier célèbre cette victoire au “Lounge Inn”, un bar à Southport (ville dans le comté du Merseyside). Après avoir ingurgité plusieurs bières, Steven Gerrard, passablement éméché, s’empare alors du cahier des chansons, et recherche un titre de son chanteur préféré, Phil Collins. Mais le DJ ne l’entend pas de cette oreille et l’interdit de choisir la musique. Le ton va vite se durcir entre les deux protagonistes : le natif de Whiston finit par envoyer des crochets du droit, défaussant ainsi son adversaire d’un soir d’une dent. Va alors s’ensuivre une bagarre générale qui prendra seulement fin avec l’arrivée de la police. A la suite de cette affaire, “Stevie G” sera jugé non coupable, les jurés estimant qu’il n’avait que fait se défendre.

Neuf buts et sept passes décisives : telles sont les statistiques du Scouser en 33 matchs de championnat en 2009/2010. Lui et ses coéquipiers terminent l’exercice à une très décevante septième place. Seule une demi-finale d’Europa League perdue en prolongation contre l’Atlético Madrid vient apporter un peu de crédit à cette saison des Reds. “SG8”, suite au forfait de Rio Ferdinand pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, a l’honneur d’être nommé capitaine de la sélection anglaise par Fabio Capello. Encore une fois, cet événement va se transformer en une énième désillusion pour lui : les Three Lions subissent une élimination controversée en huitièmes de finale contre l’Allemagne.

La suite vendredi prochain…

© Getty Images (toutes les images)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire