Steven Gerrard, l’homme avec lequel Liverpool n’a jamais marché seul [Partie 3]

Steven Gerrard, dernier trophée avec Liverpool

Vous pouvez retrouver la première partie de notre article, et notre deuxième partie, où nous venons d’abandonner le milieu de terrain anglais, nommé capitaine de la sélection anglaise, en Afrique du Sud pour la coupe du monde 2010.

À l’aube de la saison 2010/2011, Steven Gerrard vient de subir une énième désillusion avec sa sélection nationale, lors de la coupe du monde 2010.

Cette saison voit “Stevie G“ fouler les gazons anglais qu’à vingt et une reprises, nombres de blessures venant émailler son année. Une première blessure au tendon d’Achille le tient éloigné des terrains du 13 novembre au 29 décembre 2010. Puis une seconde blessure, cette fois à l’aine, privera “Captain Gerrard” de la fin de saison, puisqu’il ne joue aucune des neuf dernières journées de championnat. Sur ses vingt et un match joués, il marque quatre buts et se retrouve dans le rôle de passeur décisif à six reprises.

À l’image de la saison de leur capitaine, celle des Reds va être tout aussi décevante. En effet, le nouvel entraîneur du LFC, Roy Hogdson, qui vient d’arriver en provenance de Fulham, va connaître un calvaire sur le bord de la Mersey. À la mi-saison, les hommes en rouge de Liverpool ne figurent qu’à la douzième place du championnat, de ce fait le technicien Anglais est débarqué. Pour le remplacer, les dirigeants du LFC vont faire appel à une véritable légende du club : l’Ecossais “King Kenny”, plus connu sous le nom de Kenny Dalglish – grand attaquant du LFC des années 70 et 80, notamment vainqueur de trois Ligues des champions et à sept reprises du championnat d’Angleterre. En tant qu’entraîneur, il était le dernier à avoir gagné ce précieux trophée en 1990. L’Ecossais réussira finalement à faire remonter son équipe à la sixième place du championnat. Au cours de cette saison, le Guardian met Steven Gerrard dans son onze idéal des plus grands joueurs de tous les temps.        

Toujours pas remis de sa blessure à l’aine, le capitaine du LFC va manquer le début de la saison suivante et il ne fera son retour que le 24 septembre 2011, lors d’un match contre Wolverhampton, pour le compte de la sixième journée. Mais une nouvelle blessure, cette fois à la cheville, le tient de nouveau loin des terrains du 29 octobre au 26 décembre. Au final, il ne disputera que dix-huit matchs de Premier League, fera trembler les filets adverses à cinq reprises, et délivrera deux passes décisives. Cinq ans et demi après leur dernier trophée (le Community Shield contre Chelsea le 13 août 2006), les Reds de Liverpool remportent le 26 Février 2012, dans le mythique stade de Wembley, la League Cup, face à un pensionnaire de deuxième division, Cardiff City. Ce match est particulier pour Steven Gerrard. En effet, dans l’équipe adverse se trouve Anthony Gerrard, qui n’est plus ni moins que son cousin, et c’est Anthony qui va lui-même offrir la victoire à ses adversaires, puisqu’il rate son tir au but (à noter qu’au cours de cette séance de tir au but SG8 a lui aussi manqué sa tentative), alors qu’il était obligé de le transformer pour envoyer son équipe à la mort subite. “Captain Gerrard” ira le consoler, alors que ses coéquipiers fêtaient déjà un titre acquis dans la douleur.

Steven Gerrard, dernier trophée avec Liverpool

Gerrard soulevant son dernier trophée avec Liverpool contre Cardiff en Février 2012

Deux semaines plus tard, le natif de Whiston joue son 400ème match pour son club de coeur, et va dignement fêter cet événement. En ce 13 mars 2012, lui et ses partenaires reçoivent leurs rivaux d’Everton lors du “derby de la Mersey” (Everton étant l’autre club de la ville de Liverpool), et “Stevie G” va se distinguer en inscrivant un triplé devant les 44921 spectateurs d’Anfield. Il marquera ainsi les seuls buts de cette rencontre, son équipe s’imposant sur le score de 3-0. Enfin, les protégés de Dalglish finissent le championnat à la huitième place, et sont battus en finale de la FA Cup le 5 mai 2012 encore et toujours par Chelsea.   

La saison qui s’ensuit voit l’arrivée d’un nouveau coach sur le banc des Reds. Il s’agit du Nord Irlandais Brendan Rodgers (qui était jusque-là entraîneur des Gallois de Swansea, qu’il avait fait monter parmi l’élite anglaise). De son côté, SG8 va enfin connaître une saison sans blessures, il va participer à 46 matchs toutes compétitions confondues, ce qui lui permet de  trouver le chemin des filets à onze reprises, et enfin de délivrer la bagatelle de douze passes décisives. Malgré cette saison pleine de la part de leur capitaine, les joueurs du LFC réalisent une nouvelle fois une saison bien loin de leur lustre d’antan, en terminant le championnat à la septième place et en subissant une élimination en seizièmes de finale de la FA Cup contre Oldham Athletic (club de troisième division), et une élimination en huitièmes de finale de la League Cup contre Swansea.

Espoir, Espoir : tel est le mot qui va rythmer la saison 2013/2014 des Reds de Liverpool, ESPOIR pour “Captain Gerrard” de pouvoir enfin soulever ce trophée si prestigieux, lui qui, en 2013, est élu par les supporters de Liverpool, “ joueur ayant le plus fait se soulever le Kop” et ce devant Kenny Dalglish.

Ce qui n’est alors qu’un rêve va peu à peu sembler réel. En effet, au soir du 30 Mars 2014, les Merseysiders prennent la tête de la Premier League suite à une éclatante victoire quatre à zéro contres les “Spurs” de Tottenham, cette victoire est la huitième de suite des protégés du Nord Irlandais. Gerrard est lui élu joueur du mois et cela pour la sixième fois de sa carrière (il est toujours le seul à ce jour à avoir reçu autant de fois cette récompense).

Deux semaines plus tard soit le 13 Avril 2014, le LFC dispute sans aucun doute la rencontre la plus importante de son histoire, depuis cette finale de LDC perdue contre l’AC Milan en 2007. Ce match est chargé en symbolique : dans un premier temps, il est primordial dans la course au titre, car en ce jour d’avril 2014, la bande à Stevie joue contre Manchester City, leur adversaire direct (avec Chelsea) dans la lutte pour le titre, les Citizens se trouvant avant ce match à quatre points des Reds avec deux matches en moins. Mais surtout en ce 13 Avril 2014, le LFC commémore les vingt-cinq ans de la tragédie de Hillsborough (ndlr : tragédie que nous évoquerons plus en détails dans un article à paraître les jours prochain). Survenue le 15 Avril 1989, cette dernière a coûté la vie à quatre vingt seize supporters du club,  la plus jeune des victimes de cette accident est un garçon âgé de dix ans, un dénommé Jon-Paul Gilhooley et ce dernier est le cousin de Steven Gerrard. À ce titre l’autobiographie du Scouser qui est donc parue en 2006 se finit par la mention “je joue pour Jon-Paul”. Après une minute de silence riche en émotions, le coup d’envoi est donc donné, le LFC prend très vite les devants et gagne par deux buts d’écart au bout de vingt-six minutes de jeu, mais les citizens recollent à la marque en seconde mi-temps. On semble donc ce diriger sur un score de parité, quand soudain à la soixante-dix-huitième minute, le brésilien Coutinho profite d’une erreur de Kompany pour donner la victoire à son équipe. “Stevie G” et ses partenaires empilent ainsi une dixième victoire d’affilée, et semblent se rapprocher un peu plus du trophée tant convoité de champion d’Angleterre.

Mais tous ces efforts pour décrocher le titre suprême vont être mis à néant en un match, et une fois de plus les bourreaux de Liverpool sont les joueurs de Chelsea. “Ironie” de l’histoire c’est Steven Gerrard lui même qui va coûter le titre à son équipe : à la quarante cinquième minute, suite à un mauvais contrôle, la capitaine des Reds glisse (ironie, une nouvelle fois, quand on sait que c’est lui même, suite à la victoire des siens contre Manchester City, deux semaines plus tôt, qui disait à ses partenaires “c’est pas le putain de moment de s’endormir”) et laisse ainsi Demba Ba ouvrir le score. De cette glissade, Gerrard et ses partenaires ne se relèveront pas, et encaissent même un second but en toute fin de match.

Steven Gerrard, la glissade

La glissade de Gerrard qui coûte le titre à son équipe

Le LFC vient, de ce fait, de laisser filer le titre au profit des Citizens, qui remportent le 11 Mai 2014 le cent quinzième championnat d’Angleterre. Le natif de Whiston finit lui la saison avec le trophée de meilleur passeur de Premier League (quinze passes décisives sur l’ensemble de la saison), ainsi qu’en ayant scoré à treize reprises. Mais il vient surtout de laisser passer sa dernière chance de remporter la BPL ( Barclays Premier League) avec son club de cœur.

Il est de nouveau capitaine de sa sélection lors d’une coupe du monde. Cette fois, c’est pour celle qui se déroule dans le pays du foot : Le Brésil. Cette dernière va être un nouveau fiasco pour la sélection anglaise éliminée dès les phases de poules (dès la deuxième journée même) avec seulement un point, “Stevie G”déclare alors qu’il vient de vivre les pires mois de sa vie (entre la glissade et cette élimination). Suite à cette énième déception “Stevie G” prend sa retraite internationale, ainsi s’achève la triste carrière de Steven Gerrard sous la maillot des “ Threes Lions” (il aura disputé avec eux cent quatorze rencontres et marqué vingt et un buts).

Au cours de la saison 2014/2015 , “Captain Gerrard” et ses partenaires retrouvent enfin la Ligue des Champions, cinq ans après leur dernière participation ( 2009/2010). Cependant cette aventure dans la plus prestigieuse des compétitions va tourner cours pour la bande à Stevie qui se fait éliminer dès les phases de poules, au profit du Real de Madrid et du FC Bâle, et ce malgré la “maigre” consolation d’être reversée en Europa Ligue. En championnat, ce n’est guère mieux : à la mi-saison, le LFC se trouve à la neuvième place.

On est le 2 Janvier 2015 et ce jour va marquer la vie ou du moins la saison de tous supporters des Reds de Liverpool, en effet, c’est ce jour que l’impensable se produit, c’est ce jour que Gerrard annonce qu’il quittera son club de cœur à la fin de la saison pour rejoindre un autre championnat (la MLS). Le reste de la saison des Merseysiders va être tout aussi frustrante voir décevante, avec en League Cup, une élimination en demi-finale suite à une double confrontation contre… Chelsea. Les scousers se font ensuite sortir en seizièmes de finale de l’Europa League aux tirs au but par le Besiktas, dans le stade même où “SG8” soulevait la coupe aux grandes oreilles dix ans auparavant. Et en FA Cup le rêve de voir “Captain Stevie” jouer une finale pour son dernier match avec le LFC, le jour de ses trente cinq ans, prend brutalement fin quand lui et les siens ne parviennent pas à venir à bout des joueurs d’Aston Villa en demi finale.  

En BPL, trois match de Steven Gerrard vont attirer l’attention :

Le premier d’entre eux, se joue le 22 Mars 2015, et il s’agit de la dernière confrontation pour le scouser contre le voisin et rival Mancunien. Le numéro 8 de Liverpool regarde le début de ce match du banc de touche. Son équipe étant mené un but à zéro à la mi-temps, Rodgers décide de faire rentrer “Stevie G”, ce dernier ne passera même pas une minutes sur la pelouse d’Anfield ce jour là, étant coupable d’une grossière semelle sur Ander Herrera. Il se fait logiquement expulsé, ses partenaires s’inclinent sur le score deux à un au final.

Le second match, est le dernier de Gerrard dans l’antre d’Anfield. Lors d’une interview d’avant match il se montre très reconnaissant, envers son premier entraîneur Gérard Houllier : “je dois énormément à Gérard Houllier, grâce à qui j’ai gagné trois trophées ( nldr saison 2000/2001). Il m’a donné le brassard de capitaine à 23 ans, et c’était très courageux de sa part”.

Steven Gerrard, dernier match à Anfield

Le stade d’Anfield salue pour la dernière fois son capitaine

En ce 16 Mai 2015, on joue l’avant dernière journée de la saison 2014/2015 et Liverpool reçoit Crystal Palace. C’est l’occasion pour la gamin de la Mersey d’entendre le dernier “You’ll Never Walk Alone” (chant mythique des Reds de Liverpool) de sa carrière. Ce match commence de la meilleure des manières pour les locaux qui ouvrent le score par l’intermédiaire d’Adam Lallana à la vingt-sixième minute. Mais par la suite ce match va tourner à l’avantage des visiteurs qui vont d’abord égaliser juste avant la mi-temps, avant de prendre les devants au tableau d’affichage à l’heure de jeu, puis d’enfoncer le clou en toute fin de match, Gerrard connaît ainsi une cuisante défaite pour sa der à Anfield.

A l’aube de son dernier match les hommages pleuvent à son encontre :

– José Mourinho : “C’est à mon tour d’honorer le champion. C’est à mon tour d’honorer Steven Gerrard et de dire que c’est grâce à des adversaires comme lui que je suis devenu l’entraîneur que je suis. J’ai appris avec mes joueurs, mais aussi avec mes adversaires, par les problèmes qu’ils m’ont posés et la façon dont ils m’ont fait réfléchir. Steven Gerrard est certainement mon meilleur ennemi, celui qui a fait de moi un meilleur entraîneur. J’ai besoin de gens comme lui pour être un meilleur coach. J’ai essayé de l’emmener à Chelsea, j’ai essayé de l’emmener à l’Inter , j’ai essayé de l’emmener au Real Madrid mais il a toujours été fidèle à son club”.

– Brendan Rodgers : “Steven Gerrard va me manquer en tant qu’homme. Il va me manquer parce que nous étions très proches et ne plus l’avoir ici va laisser un grand vide. Il est irremplaçable mais nous devons aller de l’avant. J’ai demandé aux membres de mon staff de décrire Steven en un mot. Moi je choisirais le mot Liverpool. Ce qu’il a donné a cette ville, les hommes politiques ne l’ont jamais donné. C’est un merveilleux symbole pour les gens”.

– Jamie Carragher (avec qui il a débuté 383 rencontres ) déclare à Sky Sport : “Sans lui je n’aurais jamais eu une telle collection de médailles, je n’ai pas honte de le dire. Dans tous les trophées que l’on a gagné, il était l’homme principal, c’était notre force motrice. Tous les joueurs de Liverpool impliqué dans ces finales lui doivent beaucoup”.

Revenons à ce dernier match, il se déroule au Britannia Stadium, contre Stoke City, le 24 Mai 2015. Les Reds ont l’intention de laver l’affront du dernier match de “Stevie G” à Anfield. Mais c’est tout l’inverse qui va se produire, ce match va être un véritable fiasco, une humiliation pour Gerrard et ses partenaires, ils vont être menés sur le score sans appel de cinq à zéro à la mi-temps (première fois dans l’histoire de la BPL que Liverpool encaisse cinq but en une mi-temps). Le score final sera de six à un, le buteur Reds n’est autre que Gerrard lui même qui, avec neuf réalisations, finit pour la quatrième fois meilleur buteur de son équipe sur une saison. Cependant ce six à un, pour son dernier match, est la plus lourde défaite de sa carrière à Liverpool, c’est même la plus lourde défaite du LFC depuis un sept à deux subit le 15 Avril 1963 contre Tottenham. Ainsi s’achèvent les dix-sept saisons de Steven Gerrard avec le maillot orné du Liverbird, lui qui méritait largement mieux pour ses deux derniers matchs tant il à donné pour ce club qu’il aime tant. Un amour qu’il dépeint en préambule de son autobiographie de cette phrase : “Ouvrez moi les veines et je saignerais Rouge de Liverpool”. Une  autre phrase qu’il a prononcé montre son amour inconditionnel pour le LFC, “quand je serai entrain de mourir, ne m’emmenez pas à l’hôpital. Emmenez-moi à Anfield. C’est là que je suis né et c’est là que je mourrai”.

Quelques chiffres suffisent à eux seuls pour montrer la portée de ce que vient de réaliser Steven Gerrard:

“Stevie G” c’est 710 matches joués avec Liverpool, dont 504 en championnat (dixième joueur ayant disputé le plus de match à égalité avec Rio Ferdinand). Il a connu cinq entraîneurs et a joué  avec cent-soixante coéquipiers différents. Enfin, 57629 tel est le nombre de minutes qu’il a disputé sous le maillot orné du Liverbird.

À peine parti, Gerrard est déjà l’objet de nombreuses spéculations, il faut dire aussi que ce dernier n’est pas étranger à ces dernières. Il déclare lors d’une interview “j’espère qu’un jour je pourrais revenir à Liverpool pour rendre de nouveau service au club”. Revenir oui, mais revenir comment ? Telle est la question. En tant que joueur lors d’un prêt pendant la trêve du championnat américain (à l’image d’un Thierry Henry qui, en 2012 était revenu, un temps faire le bonheur d’Arsenal) ? Ou alors en tant qu’entraîneur comme le rêve le jeune Scouser Jordan Rossiter, ainsi que nombre de supporters des Reds ?

Jordan Rossiter voit Steven Gerrard comme un futur entraîneur

Jordan Rossiter voit Steven Gerrard comme un futur entraîneur

Une chose est sûre : cette saison sera une saison particulière pour le LFC qui devra, pour la première fois depuis dix-huit ans, composer sans Steven Gerrard. Lui, parti au Los Angeles Galaxy, continuera cependant de ne pas marcher seul.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire