Suspense… Lequel ?

La Premier League et la Bundesliga ont déjà rendu leur verdict, et l’issue de la Liga, de la Serie A et de la Ligue 1 ne fait désormais plus aucun doute. Comment expliquer l’explosion de ces cadors des différents championnats qui ont su faire face à la concurrence ? Etude cas par cas des cinq grands championnats européens.

La Juventus de Turin, maturité d’un collectif :

Aucune défaite l’an passé pour la Juve en championnat, ce qui a donc mené au sacre de la vieille dame devant le Milan AC. Durant l’été, la Serie A a vu certains cadors vendre leurs stars, notamment au PSG (ndlr : Ibrahimovic et Thiago Silva au Milan AC et Lavezzi à Naples), ce qui a causé un affaiblissement des adversaires de la Juventus. Celle-ci, au contraire, n’a perdu aucun des joueurs de son équipe type et en a même profiter pour s’améliorer intelligemment avec l’arrivée de Giovinco, Isla, Asamoah ou Pogba. Le 3-5-2 d’Antonio Conte fonctionne à merveille et le coach bianconeri peut s’appuyer sur une défense des plus solides en Europe : seul le Bayern Munich a encaissé moins de buts que la Juve en championnat. Les latéraux, positionnés plus haut que la normale sur le terrain, permettent aux ailiers de se décharger quelque peu du travail défensif. Si les attaquants ne sont pas de véritables serial buteurs, le milieu de terrain de la Juve, extrêmement polyvalent, comble les déficits de l’attaque.

La Juventus de Turin sacrée championne d'Italie en 2012.

Manchester United, le 20e :

Profitant de l’échec de Manchester City, leur principal concurrent dans la course au titre, les Red Devils ont remporté leur 20e trophée de Premier League de leur histoire. Jamais la mayonnaise n’aura aussi bien pris dans une équipe où les plus jeunes et les plus anciens se côtoient, menés d’une main de maître par Sir Alex qui a su faire perdurer sa confiance parmi les vétérans de l’équipe (Giggs, Scholes ou Ferdinand) tout en intégrant les nouveaux avec perfection (Kagawa, Jones ou Cleverley). Si cette année voit un nouveau triomphe des hommes d’Alex Ferguson, c’est aussi grâce au collectif qui a totalement explosé et au repositionnement de Wayne Rooney derrière Robin Van Persie. La réussite de Manchester United, c’est la réussite d’un groupe traduite par la présence d’un homme. Ryan Giggs qui remporte ainsi son treizième championnat avec Manchester United, le seul club dans lequel il a joué depuis le début de sa carrière.

Manchester United fête son 20e titre de champion d'angleterre.

Paris, l’évidence :

147 millions d’euros, c’est la somme dépensée par le Paris Saint Germain cet été en recrutement, soit 131 millions de plus que le deuxième club le plus dépensier de France : le LOSC. Inutile donc de s’interroger sur l’équilibre du championnat de Ligue 1, aucune équipe n’a pu s’opposer de manière durable au PSG qui ne doit qu’à ses erreurs de parcours le fait de ne pas encore avoir fêté le titre. Si les bleus et rouges ont souvent eu l’air empruntés au cours de la saison et ont eux aussi du faire face à la fameuse “crise de Novembre”, il a semblé parfois que les hommes de Carlo Ancelotti marchaient sur l’eau comme lors de leur série de 13 matchs consécutifs sans défaite dont 12 victoires. Si le club de la capitale se retrouve là aujourd’hui, c’est notamment grâce à quelques joueurs clés qui ont un niveau bien supérieur à la moyenne des joueurs de Ligue 1. Salvatore Sirigu en premier lieu ; le portier italien ne fait pas partie des meilleurs du monde, loin de là, cependant, il conserve des réflexes impressionnants qui lui permettent de se sortir de nombreuses situations périlleuses. Thiago Silva s’est également logiquement imposé en tant que meilleur défenseur du monde et cela se voit dans ses interventions et prises de balles. Matuidi, de son côté, est le troisième poumon du Paris Saint Germain, excellent récupérateur et relanceur, il a fait preuve de ses qualités maintes fois au cours de la saison au point de devenir absolument indispensable dans le système du coach transalpin qui le considère comme l’un des meilleurs à son poste. Enfin, Zlatan. Le géant suédois et sérial buteur de Paris. S’il peut parfois connaître des matchs compliqués, avec 27 buts en Ligue 1 depuis le début de la saison, il a égalé le record détenu depuis 21 ans par un certain… Jean Pierre Papin, auteurs de fantastiques éclairs de génie.  Si le titre du PSG ne fait désormais plus l’ombre d’un doute, il reste au public d’être conquis par la manière dont les parisiens devront dorénavant s’acquitter.

Le Paris Saint Germain surclasse les autres équipes de L1 cette saison.

Le FC Barcelone, 6 mois pour tout remporter

18 victoires, un match nul, c’est le bilan flatteur du FC Barcelone sur le début de saison en championnat. Tandis que le Real de Madrid connaissait les plus grandes difficultés à exister face aux Blaugranas, le club coaché par Tito Vilanova ne perdait pas de sa superbe, et semblait afficher ce jeu alléchant qui laisse rêveur plus d’un spécialiste du football. Messi remportait ainsi son quatrième ballon d’or consécutif et le Barça prenait ses aises au sommet de la Liga, loin devant les deux clubs madrilènes. Le collectif était parfaitement huilé, les individualités fonctionnaient  à merveille néanmoins, un seul grain de sable peut être suffisant pour faire enrayer la machine barcelonaise. C’est ce qui s’est passé et qui est à nouveau en train de se passer avec les défaites qui commencent à fragiliser durablement le Barça.

Le FC Barçelone remporte la Coupe des Clubs au Japon.

Le Bayern Munich, l’excellent Deutsche Qualität :

Le parcours parfait. Meilleure défense d’Europe, deuxième meilleure attaque, un titre déjà remporté au détriment du Borussia Dortmund, et un parcours quasi sans faute en C1, le Bayern Munich semble cette année le candidat parfait pour tout rafler. Nous en parlions dans un de nos précédents articles (ndlr : ici : http://papinade.com/imprenables/) . 131 buts en 47 matchs, le Bayern est une machine à la redoutable efficacité offensive. Incarné par le trident du milieu de terrain bavarois, le succès du club allemand s’est forgé dans le travail, la patience et le talent. Javi Martinez et Bastian Schweinsteiger s’occupent du boulot ingrat mais ont une influence énorme sur le jeu du Bayern. Le trio offensif est également absolument extraordinaire avec un banc capable de le remplacer tout aussi compétent. Le club allemand peut, cette saison, entrer dans l’histoire en réalisant le  triplé championnat,  coupe nationale et Coupe d’Europe. C’est un délicieux alliage de force, de talent, d’impétuosité et de sagesse que nous offre cette saison l’équipe de Jupp Heynckes qui souhaite empreindre cette saison de sa patte. Le Bayern Munich de cette saison est absolument fantastique et ne finit plus de séduire.

Le Bayern Munich est champion d'Allemagne 2013.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire