Verratti, il est temps de grandir

Marco Verratti a vécu un calvaire contre l'Espagne de Isco avec la sélection d'Italie © Mohamed Hammam
Marco Verratti a vécu un calvaire contre l'Espagne de Isco avec la sélection d'Italie © Mohamed Hammam

Balle au pied, l’Italien n’a que peu d’équivalents dans le football européen à son poste. Surnageant en Ligue 1 depuis des années, Marco Verratti connaît pourtant en ce début de saison une baisse de régime qui coïncide avec un comportement de plus en plus frustrant et agaçant. À bientôt 25 ans, il serait temps de grandir.

Contre l’Espagne samedi soir, le petit hibou n’a eu besoin que de quatre minutes pour retomber dans ses travers et concéder un carton jaune largement évitable. Complètement à côté de son sujet, Marco Verratti a manqué ses transmissions, n’a jamais su sortir du pressing imposé par la Roja et a fourni une prestation catastrophique. À l’image de ses premiers matchs sous le maillot parisien cette saison, l’Italien a rarement semblé autant en difficulté et surtout ne semble plus avoir la même marge de progression qu’il avait auparavant.

Surdoué techniquement, doté d’une incroyable vision du jeu, Verratti ne donne plus l’impression d’être exigeant envers lui-même. Ce n’est pas un secret, son hygiène de vie est bien loin des standards attendus pour un footballeur professionnel. Quand les performances ne s’en ressentent pas sur le terrain, on n’en parle pas, mais au moindre faux pas et elle redevient rapidement un sujet sensible.

Un retard à l’allumage inquiétant ?

Dans les duels, l’Italien parait beaucoup trop juste, presque à court physiquement. Dépassé face aux techniques espagnols, il ne rayonne même plus autant en Ligue 1. Certes, il n’a disputé pour l’instant que trois matchs mais les chiffres sont pour le moment éloquents : le milieu de terrain commet deux fois plus de fautes en moyenne que la saison précédente. Il dribble aussi presque deux fois moins (1,33 dribble par match contre 2,07 l’an passé) et son pourcentage de dribbles réussis est en chute libre : 20% de moins. Ce ne sont que des chiffres mais l’impression visuelle confirme et amplifie même ce constat : Verratti est aujourd’hui loin de son meilleur niveau.

Peut-être touché par son transfert avorté et son changement d’agent cet été, l’Italien n’assume aujourd’hui pas le statut qu’il doit endosser. Celui d’un leader. Que ce soit en sélection ou en club, il n’a pas osé – ou n’a pas pu – enfiler le costume de patron. Il serait pourtant grand temps de mûrir. Sur le terrain, son comportement envers le corps arbitral excède d’autant plus quand on connaît le potentiel d’un joueur qui a de l’or dans les pieds.

À l’aube d’une saison qui s’annonce déjà capitale pour le PSG dont on attendra beaucoup, et de l’Italie qui va devoir se qualifier pour le mondial 2018, Marco Verratti est déjà attendu à l’allumage.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire