Wesley, reviens parmi les tiens !

Le 9 décembre dernier, dans une enceinte éteinte par l’emprise d’Arsenal sur le match, et étonné par la médiocrité de leur équips dans cette phase de poules, les supporters de Galatsaray s’en remettent une nouvelle fois à leurs numéro 10 pour pouvoir rêver un peu : sur un coup franc à 20 mètres, l’hollandais va nettoyer la lucarne d’un Szczesny dépassé et rappeler à tout le monde qu’il est loin d’être fini. Alors que le mercato approche, Wesley devrait songer à revenir exposer son talent aux yeux de tous.

sneijder1

Successeur désigné des grands joueurs hollandais tel que Cruijff ou Bergkamp, Sneijder a joué dans les plus grands clubs, aux côtés de grands joueurs et gagné quasiment tous les trophées. Formé à l’Ajax comme chaque génération dorée hollandaise, il forme avec Rafael Van der Vaart une paire de meneurs de jeu complémentaires et redoutables pour leurs adversaires. Il devient rapidement la cible de nombreux clubs, et signe au Real Madrid pour 26 millions d’euros, devenant à cette occasion le 2ème joueur hollandais le plus cher de l’histoire. Avec la maison blanche il remportera le championnat d’Espagne mais ne parviendra pas à résister à l’arrivée de Kaka en 2009, et sera alors poussé vers la sortie par Florentino Perez. Il signe alors à l’Inter car Mourinho le veut pour épauler Eto’o et Milito au sein de l’attaque nerazzuri. Avec ce trio d’attaque l’Inter marchera sur l’Europe, battant au passage le Barca de Guardiola, et profitant au maximum de la vision du jeu de Sneijder qui participera activement au triplé historique du club milanais (championnat – Ligue des Champions – coupe d’Italie). Surfant sur sa saison monumentale, Wesley retrouve sa sélection pour voyager en Afrique du Sud afin d’y disputer la coupe du Monde. Il y inscrira 5 buts, dont un doublé en quart de finale face au Brésil (2-1 pour les Pays Bas) et emmènera son pays jusqu’en finale où il s’inclinera finalement devant Iniesta et l’Espagne. Perdre en finale du mondial, comme son aîné Cruijff, c’est sans doute ce qui a coûté son ballon d’or au numéro 10 batave. Avec la nouvelle élection, Messi s’impose, alors que les journalistes avaient massivement voté pour Sneijder au vu de sa saison parfaite en club et quasiment magique avec sa sélection. À la suite de cette saison, Sneijder a vécu la régression de l’Inter à cause de la vente des joueurs cadres, avant de lui aussi partir pour la Turquie et Galatasaray, club où il rejoindra Drogba, avec qui il deviendra le leader d’attaque du club stambouliote. Seulement 1 an et demi après son arrivée, le projet de Galatasaray semble bancal et le niveau affiché en Ligue des Champions était affligeant, alors pourquoi pas voir Sneijder revenir dans un bon club d’Europe occidentale durant le mois de Janvier.

Un dernier challenge

Le natif d’Utrecht a soufflé ses 30 bougies le 9 Juin dernier avant de participer à une très belle coupe du monde hollandaise qui s’est finie sur la 3ème marche du podium, avec notamment ce carton 5-1 face au tenant du titre espagnol en phase de poule dans ce qui était la revanche de la finale de Johannesburg. Durant ce tournoi, il a montré en avoir encore sous la semelle même au plus haut niveau. Alors qu’il ne lui reste plus qu’un an et demi de contrat en Turquie, de nombreux clubs devraient sentir le coup et faire le forcing pour faire signer ce qui reste un des derniers numéro 10 digne de ce nom dans le foot moderne. À l’image d’un Monaco ou d’un Dortmund, voire même un Arsenal, Sneijder pourrait faire bénéficier de son expérience et d’un apport dans le jeu qui ne serait pas négligeable surtout au sein d’équipes jeunes avec un manque de connaissance du haut niveau, ainsi qu’une qualité sur coups de pied arrêtés que très peu de joueurs possèdent aujourd’hui. Le batave, précédé d’une réputation de joueur à fort ego, comme tous les joueurs de très haut niveau, se verrait bien partir de Turquie comme il le dit dans cette déclaration d’après-match en Novembre dernier “on m’a dit que de nouveaux joueurs de haut niveau seraient recrutés mais ce n’est pas le cas. J’aime jouer pour Galatasaray, mais si ils veulent que je parte, ils n’ont qu’à me le dire en face”, ceci rajouté à la situation de défaut de paiement du club pour le salaire du Hollandais, le départ semble évident et c’est une bonne nouvelle pour Sneijder qui va peut être avoir un dernier challenge de finir une magnifique carrière dans un club plus huppé au niveau européen et plus en adéquation avec son standing.

1 Comment

Laisser un commentaire