Alors que Dearie supervise l’examen des documents, le FBI semble monter un dossier d’obstruction, selon les experts

Commentaire

L’enquête criminelle sans précédent du FBI au cours des 11 semaines qui se sont écoulées depuis que les agents ont fouillé la résidence et le club de Donald Trump en Floride s’est déroulée sur deux pistes – l’une principalement publique, l’autre principalement à huis clos.

Et dans le domaine public, l’affaire concernant la nomination d’un maître spécial pour examiner des milliers de documents saisis s’est répercutée à tous les niveaux du système judiciaire fédéral, le maître spécial – essentiellement un expert extérieur – mettant en doute les affirmations de Trump. Le matériel doit être protégé du FBI.

En revanche, les activités d’enquête du Bureau sont difficiles à suivre, même si certains détails émergent lentement. Les agents ont interrogé plusieurs témoins sur le traitement des documents gouvernementaux à Mar-a-Lago. Le Washington Post rapporté la semaine dernière Un membre du personnel de Trump a déclaré aux agents fédéraux qu’il avait déplacé des boîtes de documents à Mar-a-Lago dans la direction spécifique de l’ancien président, et le FBI dispose d’une surveillance vidéo pour le sauvegarder.

Les preuves, selon les experts – ainsi que des indications répétées dans les dossiers judiciaires selon lesquelles les procureurs soupçonnent que l’équipe de Trump a délibérément déclassifié tous les documents et n’ont pas respecté une assignation à comparaître – suggèrent que le gouvernement pourrait monter des affaires pénales de détournement de fonds et de destruction de biens gouvernementaux.

Alors même que l’enquête progresse, Trump fait l’objet d’un examen juridique sur plusieurs fronts. Parmi eux : les audiences du House Select Committee Attaque du 6 janvier 2021 Dans la capitale américaine Il a témoigné Et les archives des anciens présidents et le ministère de la Justice mènent une vaste Enquête criminelle Comment Trump et ses conseillers ont géré la période post-électorale.

L’état des grandes enquêtes impliquant Donald Trump

Aucun développement public majeur n’est attendu lors de l’audience de Mar-a-Lago après les élections de mi-mandat du 8 novembre – dans le cadre d’une pratique judiciaire de longue date consistant à éviter de faire quoi que ce soit perçu comme aidant un côté ou l’autre lors d’une élection. , et en partie, le maître spécial est toujours en train de trier le matériel moins sensible saisi sur la propriété de Floride. Dans le même temps, Trump et ses partisans ont ouvertement parlé de lancer une campagne présidentielle de 2024 qui changerait immédiatement le paysage politique.

READ  Résultats de l'UFC 279, faits saillants: Nate Diaz marque une soumission tardive sur Tony Ferguson en bye promotionnel.

« Tu sais à quoi ressemble le calme avant la tempête ? » a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Paul Rosenzweig. « Nous y sommes. C’est le calme avant la tempête », a-t-il déclaré.

À la demande de Trump, Le juge fédéral de Brooklyn Raymond J. Thierry a été nommé Examinez 13 000 documents saisis et mettez de côté ceux qui devraient être protégés des enquêteurs en raison des privilèges avocat-client ou administratifs. Une cour d’appel a décidé que 103 documents classifiés saisis lors de ce raid ne devaient pas être inclus dans l’examen du maître spécial.

Il est en cours d’examen. Les avocats et avocats de Trump ont accepté qu’un fournisseur examine numériquement plus de 20 000 pages de documents non classifiés saisis. L’équipe de Trump examine d’abord les documents, marquant tout ce qu’ils jugent privilégié. Le gouvernement examine ces documents et Diari prend des mesures pour résoudre tout différend.

Lors d’une audience sur les progrès mardi, Deary a exprimé sa frustration des deux côtés. Il a critiqué les avocats de Trump pour avoir fait des concessions sur le premier lot de documents sans fournir aucune preuve à l’appui de leurs affirmations.

« ‘Où est le boeuf?’ Je veux du boeuf », a déclaré le juge de 78 ans.

Même si Dearie va de l’avant avec l’examen, le ministère de la Justice se bat toujours contre la nomination d’un maître spécial au tribunal. Juge Eileen M., juge fédérale en Floride. Cannon, en août, nomma et ordonna une maîtrise spéciale. Il a interdit aux enquêteurs criminels d’utiliser les documents saisis, y compris ceux marqués classifiés, jusqu’à ce que l’examen soit terminé.

L’appel réussi du ministère de la Justice d’une partie de la décision de Cannon a aidé les procureurs et les agents du FBI à retrouver immédiatement l’accès aux documents classifiés. L’équipe de Trump a demandé à la Cour suprême d’annuler une partie de la décision de la Cour d’appel du 11e circuit, mais les juges l’ont rejetée.

N’importe qui peut soumettre des documents judiciaires au rôle. L’étude de Mar-a-Lago le prouve.

Chaque détail juridique de l’affaire a été examiné par les journalistes et le public, les partisans de Trump ont applaudi la décision initiale de Cannon de nommer un maître spécial, et les critiques de l’ancien président ont exprimé leur scepticisme quant aux revendications juridiques de Trump.

READ  Le puissant tremblement de terre s'est produit le jour anniversaire du tremblement de terre dévastateur au Mexique

Maintenant, le pouvoir judiciaire Recours contre l’intégralité de la nomination Un maître spécial pour le 11e circuit a relevé Deary de ses fonctions dans l’espoir de récupérer les 13 000 documents saisis.

« Si la cour d’appel est d’accord avec le gouvernement, toute la saisine d’un maître spécial sera terminée », a déclaré Mary McCord, qui a été procureure générale adjointe pour la sécurité nationale sous l’administration du président Barack Obama. « Ce sera probablement la partie la plus basse de l’enquête. »

« Questions de sécurité nationale »

Au cœur de toute affaire pénale se trouvent souvent des documents classifiés découverts par le FBI, y compris certains des secrets gouvernementaux les plus sensibles Les capacités nucléaires d’un pays étranger. Certains des documents saisis ont été publiés par The Post vendredi Contient des informations très restreintes À propos des systèmes de missiles iraniens et du travail de renseignement visant la Chine.

Mais l’ancien procureur fédéral Jim Walton a déclaré que les 13 000 documents déclassifiés pourraient être importants pour les procureurs car ils pourraient faire la lumière sur pourquoi et comment des documents classifiés ont été apportés à Mar-a-Lago et qui les a vus après le départ de White. Loger.

EXCLUSIF : Les documents de Mar-a-Lago contiennent des secrets sur les missiles iraniens et les renseignements chinois

Walton a déclaré que le ministère de la Justice « ne subirait pas autant de pression » pour faire appel de la nomination d’un maître spécial à moins que certaines questions sérieuses de sécurité nationale ne reçoivent une réponse. [13,000] La documentation est très importante. »

Le procureur général Merrick Garland et le ministère de la Justice ont refusé de commenter leurs efforts, citant l’enquête criminelle en cours.

Le porte-parole de Trump, Taylor Pudovich, a condamné l’enquête et accusé l’administration Biden de militariser les forces de l’ordre et de concocter un « canular documentaire dans une tentative désespérée de conserver le pouvoir politique ».

Deary a jusqu’à début décembre pour examiner les documents et résoudre les différends sur les concessions sur lesquelles Trump pourrait insister si sa nomination est confirmée. Mais la Cour d’appel entendra les arguments des deux parties le mois prochain, et une décision sur l’opportunité d’arrêter l’examen primaire spécial est attendue prochainement.

Pendant ce temps, le FBI continuera de rechercher des témoins pouvant fournir des informations sur le traitement des documents à Mar-a-Lago, y compris si Trump ou ses représentants ont intentionnellement retenu des documents du ministère de la Justice ou ont faussement prétendu avoir remis tous les documents classifiés. Lorsque des objets interdits se trouvent sur les lieux.

READ  Élections primaires : mises à jour en direct sur les principales courses

Parmi les questions auxquelles ils tentent de répondre, ont déclaré des experts juridiques, ce que l’ancien président savait des documents et si sa possession des documents à Mar-a-Lago posait un risque pour la sécurité nationale.

Le comité de la Chambre envoie une assignation à Trump à la recherche de documents et d’interviews

Des responsables de la National Archives and Records Administration ont soulevé des questions quant à savoir si tous les documents gouvernementaux en possession de Trump ont été renvoyés sous la garde du gouvernement en vertu de la loi sur les documents présidentiels après son départ de ses fonctions, et certains documents peuvent l’être. Coincé ailleurs qu’à Mar-a-Lago.

« C’est tout le travail qui se fait dans les coulisses qui ne sera jamais révélé », a déclaré Javed Ali, un haut responsable du Conseil de sécurité nationale sous l’administration Trump qui enseigne maintenant à l’Université du Michigan. « Qui aurait pu accéder à ces documents ? Et quelles informations auraient-ils pu collecter ? Qu’est-ce qui aurait pu résulter de sa possession de ces documents ?

McCord a déclaré que la constitution d’un dossier nécessite plus que d’interroger des témoins et d’examiner des documents. Il soupçonne qu’à ce stade du procès, le gouvernement examine le précédent juridique et élabore une stratégie sur la manière dont les avocats répondront aux arguments potentiels de la défense devant le tribunal.

Par exemple, le ministère de la Justice a déjà déclaré dans un récent dossier judiciaire que même si Trump revendiquait et fournissait officiellement des preuves de documents classifiés qu’il détenait, cela ne compromettrait pas une éventuelle affaire d’embargo. C’est parce que l’assignation a demandé à son équipe de rendre tous les documents « marqués classifiés » – non classifiés.

« Il y a d’autres choses que la collecte de faits en cours à ce stade. Il y a des recherches juridiques », a déclaré McCord. « Tout ce travail est en cours, et c’est une quantité importante de travail. Vous ne vous contentez pas de sortir et de recueillir des preuves et de déposer un acte d’accusation le lendemain », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.