Elon Musk se retire d’un accord de 44 milliards de dollars sur Twitter

8 juillet (Reuters) – Le PDG de Tesla, Elon Musk (TSLA.O) Et l’homme le plus riche du monde a déclaré vendredi qu’il conclurait son accord de 44 milliards de dollars pour acheter Twitter (TWTR.N) Parce que la société de médias sociaux n’a pas fourni d’informations sur les faux comptes.

Les actions de Twitter ont chuté de 7% dans les échanges prolongés. Musk avait offert 54,20 $ par action en avril.

Le président de Twitter, Brett Taylor, a déclaré au site de micro-blogging que le conseil prévoyait d’intenter une action en justice pour faire appliquer l’accord de fusion.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

« Le conseil d’administration de Twitter s’est engagé à conclure la transaction sur la base du prix et des conditions convenus avec M. Musk… », a-t-il écrit.

Dans un dossier, les avocats de Musk ont ​​déclaré que le site Twitter avait échoué ou refusé de répondre à de nombreuses demandes d’informations sur les faux comptes ou les spams, qui sont fondamentaux pour les performances commerciales de l’entreprise.

« Twitter viole plusieurs dispositions de cet accord, semblant avoir fait des déclarations fausses et trompeuses sur lesquelles M. Musk s’est appuyé lors de la conclusion de l’accord de fusion », indique le dossier.

L’annonce est une autre tournure dans une histoire de volonté après que l’homme le plus riche du monde a conclu un accord de 44 milliards de dollars pour Twitter en avril, mettant l’achat en attente jusqu’à ce que la société de médias sociaux puisse prouver qu’elle a moins de spam bots . Plus de 5% de ses utilisateurs totaux.

READ  Le passager du métro de New York a été coincé entre le quai et le train et est décédé

Musk doit payer des frais de rupture de 1 milliard de dollars si l’accord ne se termine pas selon les termes de l’accord.

Musk a menacé de résilier l’accord à moins que l’entreprise ne prouve que moins de 5% des utilisateurs qui regardent des publicités sur le service de médias sociaux étaient des comptes de spam et de bot.

La décision déclenchera une longue bataille juridique entre le milliardaire et la société de 16 ans basée à San Francisco.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Greg Roumeliotis; Reportage supplémentaire de Savi Mehta à Bangalore ; Montage par Sriraj Kalluvila, Anna Driver et Lisa Schumacher

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.